Fermer

Baromètre Meilleurs Agents au 1er décembre 2013 – Immobilier francilien : un marché de plus en plus favorable à de trop rares acheteurs

Prix Immo 5 min.

Evolution prix immobilier 1er décembre 2013
Meilleurs Agents publie la 54ème édition de son baromètre mensuel des prix de l’immobilier à Paris et en Île-de-France.
« Les prix de l’immobilier parisien ont encore baissé au mois de novembre 2013 (-0,7%). Ce cinquième mois consécutif de diminution des prix confirme nos scénarios. Au total, les prix parisiens ont baissé de -2,1% en moyenne depuis le 1er janvier 2013 et de -5,7% depuis le plus haut de juin 2011. Ces baisses relativement modérées de l’indice masquent une baisse plus forte de l’ordre de -10% de la valeur de l’immobilier parisien par rapport au plus haut. C’est l’effet qualité. Dans un marché peu actif, les ventes de biens de meilleure qualité sont surreprésentées, maintenant les prix des transactions à des niveaux relativement élevés. Les prix affichés des produits de moindre qualité n’ont quant à eux pas encore assez baissé, rendant cette partie du marché beaucoup moins fluide, » analyse Sébastien de Lafond, Président et fondateur de Meilleurs Agents.

54ème Baromètre Meilleurs Agents – Points clés :

  • Pour le cinquième mois consécutif, les prix baissent à Paris et en Île-de-France.
  • -0,7% à Paris en novembre.
  • -1,1% sur les petites surfaces, +0,2% sur les grandes surfaces (3 pièces et plus).
  • Les taux d’intérêt ont légèrement baissé (-0,15 point).
  • Entre baisse des prix et des taux, le pouvoir d’achat augmente mais les volumes restent bas faute d’offre de qualité face à une demande trop rare.

 


« Le prix moyen du m² parisien reste élevé (8 155€) mais continue de céder du terrain. L’écart entre l’arrondissement le plus cher (VII° 13 036€) et le moins cher (XIX° 6 300€) est encore très important. Les baisses prévisibles des prochains mois pourraient ramener le prix moyen en dessous de la barre symbolique des 8 000€ et contribuer à débloquer un verrou psychologique important dans la tête des vendeurs. Les petites surfaces (1 et 2 pièces) voient leur prix baisser plus fortement que la moyenne (-1,1%). L’encadrement des loyers, les mesures fiscales passées et les perspectives à venir découragent les plus téméraires des investisseurs pour qui lisibilité, prévisibilité et stabilité fiscales sont des préalables indispensables. Le prix des grandes surfaces ne se maintient que sur un mois, la tendance étant nettement baissière depuis le début de l’été. Les produits de plus de 800 000 € à 1 000 000 € à Paris et de plus de 500 000 € en banlieue qui n’ont pas d’arguments solides ont beaucoup de mal à se vendre.
Bénéficiant à la fois de la baisse des prix et d’une nouvelle réduction des taux d’intérêt, les acheteurs solvables sont les grands gagnants qui s’ignorent. Inquiets de l’évolution future des prix et de l’évolution de la fiscalité, ils restent prudents et peinent à se décider. Les vendeurs quant à eux deviennent plus réceptifs à la nécessité d’ajuster des prix pour rencontrer la demande. La reprise du marché reste donc essentiellement conditionnée à l’évolution de la psychologie des acheteurs.
Au final, l’année 2013 est conforme à notre scénario. À Paris les prix auront baissé de -2 à -3% sur l’année et d’environ -6% par rapport au plus haut de juin 2011. Tant que la demande n’excède pas l’offre, les prix resteront orientés à la baisse mais sans chute brutale prévisible dans les prochains mois,
 » conclut-il.

Un marché favorable à de rares acheteurs

Suite à la baisse du taux directeur de la BCE, les taux d’intérêt des prêts immobiliers à 15 ou 20 ans ont diminué d’environ -0,15 point. Mais ces taux très attractifs restent réservés à un petit nombre d’emprunteurs. Les banques ont besoin de fonds propres et ne cherchent pas de nouveaux clients en cette fin d’année. Les conditions d’attribution de crédit restent drastiques : couple en CDI avec des revenus au-dessus de la moyenne et sans risque de devoir un jour vendre leur bien immobilier pour rembourser leur prêt. Les conditions bancaires (taux et critères d’attribution) ne devraient pas se modifier dans les prochaines semaines et au début de l’année 2014.
Taux bas et baisses des prix devraient encourager les acheteurs. Mais dans les conditions actuelles, ces derniers sont trop peu nombreux pour relancer l’activité. Ils restent aussi très prudents et peinent à s’engager craignant de manquer la belle affaire hypothétique alors qu’ils peuvent dès aujourd’hui acheter des biens de qualité à des prix très raisonnables en particulier pour se loger.

Certains vendeurs encore bloqués en 2011

Trop de vendeurs restent encore attachés aux prix du passé. Seuls ceux qui acceptent de réduire raisonnablement leurs attentes et d’offrir des prix cohérents avec le marché arrivent aujourd’hui à vendre rapidement. Les acheteurs sont exigeants et frileux, il faut donc leur proposer un bien de qualité au vrai prix. Il est ainsi possible de trouver acquéreur pour tous les types de bien, à l’exception des produits les plus chers (plus de 800 000 à 1 000 000 € à Paris et plus de 500 000 € en banlieue) pour lesquels les acheteurs sont encore plus rares et encore plus exigeants.
Les vendeurs doivent s’attendre à des cycles de vente assez longs et anticiper des ruptures de promesses de la part d’acheteurs indécis et au financement incertain. Plus que jamais, la stratégie de positionnement et de commercialisation (choix du canal et des partenaires, vérification de la solvabilité des acquéreurs avant signature de la promesse) est essentielle à la réussite de la vente.

Le marché des petites surfaces

Les prix des petites surfaces (1 et 2 pièces) baissent, permettant à de jeunes ménages de réaliser leur première acquisition dans d’assez bonnes conditions. Ces primo-accédants viennent progressivement réamorcer la pompe de l’achat-revente qui est le moteur principal du marché. L’effet ne se verra pas avant plusieurs années, mais présage d’une nouvelle dynamique à venir.

Où va le marché ?

À Paris, notre scénario 2013 se réalise. Les prix auront baissé de -2 à -3% sur l’année et de -5 à -6% depuis le plus haut de juin 2011. Le rapport entre la demande et l’offre montre clairement l’absence d’excédent de demande par rapport à l’offre. Dans ces conditions, rien ne permet de prévoir une modification brutale de tendance à la hausse ou à la baisse. Les prix devraient continuer de subir une érosion progressive, sans chute brutale ni reprise soudaine. Les volumes resteront bas.

À propos du Baromètre Meilleurs Agents
Chaque mois, Meilleurs Agents publie son baromètre des prix de l’immobilier résidentiel à Paris et en Île-de-France, un indicateur avancé qui permet d’analyser précisément les différents marchés locaux et de donner une tendance en temps réel à tous les acteurs de l’immobilier.
Ce baromètre mensuel est calculé sur la base des avant-contrats (promesses de vente ou compromis) signés après expiration du délai légal de rétractation de 7 jours par les agences du réseau Meilleurs Agents en Île-de-France, quand les données de la Chambre des Notaires de Paris se basent sur les actes authentiques enregistrés dans les offices notariaux. Le passage chez le notaire intervenant généralement 3 mois après la signature de la promesse de vente, ce délai explique le décalage observé entre le baromètre Meilleurs Agents et les statistiques officielles.
Depuis le lancement du Baromètre en septembre 2008, les tendances annoncées par Meilleurs Agents ont toujours été confirmées par les données des notaires quelques mois plus tard.

L'équipe scientifique de Meilleurs Agents

78 commentaires Masquer les commentaires Voir les commentaires

  • moudubou dit :

    À 20 ou 25 ans les crédits pour acheter des petites surfaces, ça ne risque pas de relancer la pompe. Tous ceux qui ont acheté ces 6 dernières années risquent bien d’être bloqués dans leur achat, dans le meilleur des cas! Taux qui baissent, prix qui baissent, coût de l’énergie en hausse et biens immobiliers aux 2/3 à l’isolation merdique, ventes au point mort, d’ici quelques années, y aura-t’il encore des gogos pour dire que la pierre, c’est du solide?

  • Bidule dit :

    Le scénario central de MA se confirme, érosion continue des prix. Cela dit, sur cette tendance il faut probablement attendre -5% l’an prochain, ce qui aux prix actuels fait plus que compenser un loyer et légitime une position attentiste. En somme, les frileux et les opportunistes se rejoignent, et pour peu que cette population devienne majoritaire, l’effet pourrait s’accélérer. Suivons donc le moral des ménages dans les prochains mois.
    Je me demande si une baisse plus rapide des prix augmenterait les volumes de ventes par resolvabilisation ou si, au contraire, elle inciterait les acheteurs à davantage d’attentisme. Je suppose que les professionnels craignent la seconde éventualité, d’où ces messages très mesurés et encore incitatifs à l’achat.

  • Moose dit :

    On ne parle pas beaucoup du stock d’appartements mais j’ai le sentiment qu’il est important car les transactions sont faibles. Pour l’instant les vendeurs ne sont pas préssés car les ventes se font au printemps (les vendeurs ne veulent pas déménager maintenant) et la fenêtre fiscale se referme dans 6 mois ce qui est encore lointain. Y-aura-t-il une accélération de la baisse début 2014 quand l’échéance de la vente approchera?

  • The Edge dit :

    Ca va sans dire mais ca va encore mieux en le disant: mieux vaut etre aujourd’hui locataire que proprietaire! Tout d’abord, la loi protege infiniment mieux les locataires que les proprietaires-bailleurs, consideres comme d’horribles usuriers profitant de la misere des gens. D’autre part, la flambee des loyers est depuis longtemps derriere nous: dans les zones rurales, la demande est tres souvent inferieure a l’offre et dans les grandes villes, les loyers vont etre tres bientot encadres. Il faut etre fou ou suicidaire pour investir dans de l’immobilier locatif aujourd’hui! Alors que faire de ses economies (pour ceux qui arrivent a s’en constituer). A mon avis deux options: le depenser ou le mettre a l’abri a l’etranger. En effet, le depot en banque francaise (sur quelque support que ce soi) est tres hasardeux et vous risquez d’y perdre beaucoup de vos plumes. Nous ne sommes pas, mais alors vraiment pas, a l’abri d’un scenario a la Chypriote (d’ailleurs Barroso puis le FMI ont deja lance des petites phrases pour preparer nos esprits a cette future spoliation). N’oubliez-pas que 10% des menages francais paient 80% de la totalite de l’impot sur le revenu. Ce sont ces memes 10% qui possedent les plus gros bas de laine. Alors qui viendra les defendre lorsqu’un beau jour il sera decide de prelever 10% ou 15% de leur depot? Certainement pas les 90% restant de Francais. Un seul mot d’ordre a tous ceux qui ont reussi a mettre un peu d’argent de cote a la sueur de leur front: FUYEZ TANT QU’IL EN EST ENCORE TEMPS!!! Pour information, il est interdit de placer de l’argent sale (ayant evite l’impot ou obtenu a la suite de trafics) en Suisse (je prends ce pays comme exemple mais il y en a d’autres interessants) mais il est tout a fait possible d’y deposer de l’argent gagne honnetement et acquitte des taxes dues.

  • julien bonnetouche dit :

    Nous vivons une période assez curieuse :
    Bien évidemment, il y a deux marchés : celui des centres villes – surtout Paris- ainsi que quelques zones attractives comme la côte d’azur où certaines stations de montagne ; là les prix ne baissent guère.
    Celui d u reste du pays, surtout des zones rurales reculées où le marché est quasi inexistant. Donc pas de prix.
    Dans les centres ville, compte tenu de la gravité de la situation ,tant économique que la mauvaise perception de la politique menée actuellement, les prix devraient baisser bien davantage.
    Impôts confiscatoires, encadrement des loyers, découragement organisé des investisseurs de toutes catégories, seraient normalement de nature à entraîner un véritable effondrement du marché. peut être d’ailleurs y viendrons nous.
    Mais en attendant, la baisse ressemble à un atterrissage en douceur. l’attentisme est la règle du jour.
    Pourquoi ? j
    Je me hasarderai à donner une explication , car on est là pour alimenter le débat :
    Si l’on prend l’ensemble des participants au marché comme un tout, je dirai que cet ensemble est en attente d’une solution, parce qu’il considère que la situation économique actuelle ne peut durer.
    En effet le maintien du système de gestion du pays  » à la française » ne fonctionne plus et il a pour conséquence un appauvrissement de plus en plus rapide ( en commençant par les classes les moins favorisées malheureusement, mais c’était prévisible ) .Cela n’est pas tenable nous le savons ou nous le ressentons intuitivement.
    Donc , cet ensemble des participants au marché s’attend à des évolutions en profondeur, mais ne sait pas lesquelles, ni quand, ni dans quelles circonstances elles se produiront, ni les conséquences en matière d’inflation. Mais il soupçonne un séisme à venir.
    Dans ce contexte, l’attentisme est donc le règle, avec un écart croissant entre la valeur refuge relative que peut représenter le bel immobilier bien placé et le reste.

  • julien bonnetouche dit :

    Bonjour The Edge,
    c’est amusant, mais je n’avais pas encore lu votre commentaire avant d’écrire le mien.
    Je vois que nous ne sommes pas loin de penser la même chose sur l’incertitude et l’instabilité de la situation avenir.
    Pour sûr il vaut bien mieux détenir en toute légalité évidemment des avoirs dans un pays fiable que chez nous.

  • ImmoParis dit :

    – 0.7 % à Paris, pas violent tout ça.
    En fait je n’intervient pas pour ça mais plutôt pour le commentaire de « The Edge  » :
    « Ca va sans dire mais ca va encore mieux en le disant: mieux vaut etre aujourd’hui locataire que proprietaire!  »
    Affirmation totalement dénuée d’argument qu’il est bien évidemment IMPOSSIBLE de généraliser à tous les cas. Or c’est ce que vous faîtes…
    « Tout d’abord, la loi protege infiniment mieux les locataires que les proprietaires-bailleurs, consideres comme d’horribles usuriers profitant de la misere des gens. D’autre part, la flambee des loyers est depuis longtemps derriere nous: dans les zones rurales, la demande est tres souvent inferieure a l’offre et dans les grandes villes, les loyers vont etre tres bientot encadres. Il faut etre fou ou suicidaire pour investir dans de l’immobilier locatif aujourd’hui! »
    Tu sais qu’il existe des propriétaires occupants?
     » Alors que faire de ses economies (pour ceux qui arrivent a s’en constituer). A mon avis deux options: le depenser ou le mettre a l’abri a l’etranger. En effet, le depot en banque francaise (sur quelque support que ce soi) est tres hasardeux et vous risquez d’y perdre beaucoup de vos plumes. Nous ne sommes pas, mais alors vraiment pas, a l’abri d’un scenario a la Chypriote (d’ailleurs Barroso puis le FMI ont deja lance des petites phrases pour preparer nos esprits a cette future spoliation).  »
    Dépense le ton fric, il te servira à quoi une fois sous terre?
    « N’oubliez-pas que 10% des menages francais paient 80% de la totalite de l’impot sur le revenu.  »
    Faux : 74%. Impôt sur le revenu qui ne représente QUE 20% des recettes de l’état.
    Ces 10% de ménages français (dont je fais partie) détiennent + de 60% du patrimoine total et ont par contre un taux d’imposition (ensemble des prélèvements) moins élevé que 50% des Français les plus modestes (niches fiscales,…). Nous ne sommes pas à plaindre!
    « Ce sont ces memes 10% qui possedent les plus gros bas de laine. Alors qui viendra les defendre lorsqu’un beau jour il sera decide de prelever 10% ou 15% de leur depot? Certainement pas les 90% restant de Francais.  »
    Ca n’arrivera jamais en France, vous aimez vous faire peur.
    « Un seul mot d’ordre a tous ceux qui ont reussi a mettre un peu d’argent de cote a la sueur de leur front »
    J’imagine que les 90% de Français restant sont des branleurs?
    « : FUYEZ TANT QU’IL EN EST ENCORE TEMPS!!! Pour information, il est interdit de placer de l’argent sale (ayant evite l’impot ou obtenu a la suite de trafics) en Suisse (je prends ce pays comme exemple mais il y en a d’autres interessants) mais il est tout a fait possible d’y deposer de l’argent gagne honnetement et acquitte des taxes dues. »
    Fuyez? C’est le fric qui doit fuir ou les personnes qui le détienne?

  • Samsam dit :

    Attendons au moins de voir comment les Etats Unis vont gérer le nouveau relèvement du plafond de leur dette tout en modifiant peut être leur politique d’mission de la monnaie, dont les limites se font sentir au sein même de la Fed (mais quoi faire d’autre ?). Délai : entre février et juin, c’est déjà un premier objectif. Ensuite, voyons les effets sur l’immobilier (encore quelque mois) et sur le reste de l’environnement macroéconomique.
    Passé ce premier double accros, à chacun de voir si sa situation locale semble propoice à quoi que ce soit. Surement plus en secteur moins attractif très affaibli d’ici un an, que dans Paris ou la situation est à retardement de 2 ans, plus compliqué, et dépendant aussi plus des marchés alternatifs, or, bourse, etc.
    Enfin, la reprise du marché semble souvent corrélé au reprises (durable ou non) de l’économie et de l’optimisme. A chacun d’évaluer quand cela pourrait se produire. Pas d’éclaircie en vue cette année (le FMi envisage avec gros effort 2018-2020, sans vraiment savoir pourquoi)…

  • Samsam dit :

    @ImmoParis : Certes 0.7% en un mois, ce n’est pas l’effondrement, mais en 12 mois à 0.7% de moyenne ça commence à faire … Je suis sceptique sur le fait que le taux augmente beaucoup, peut être « ponctuellement », mais aussi pour qu’il se redresse sauf la encore « poonctuellement » (quelques mois).
    Ce qui pour moi se rapproche de votre vision tôle ondulée, mais en gardant une tendance à la baisse de cet ordre pour l’année 2014, voyant mal comment une conjonction de facteur inverse la tendance baissière du marché parisien. La question semble maintenant : pendant combien de temps ?

  • Par Curiosité dit :

    @ julien bonnetouche et The Edge dans une moindre mesure.
    Vous faites des hypothèses catastrophiste sur une spoliation de l’épargne comme à Chypre, vous aimez vous faire peur et c’est un scénario très peu probable encore une fois.
    D’une part d’autres sources de recette seront privilégiées notamment ce qui ne passe pas les frontières l’immobilier, les impôts, la TVA… comme ça a déjà commencé y compris avec Sarko.
    D’autre part la spoliation de l’épargne est corrélé avec l’effondrement d’une grande partie du système financier ce qui signifie un accès au crédit très faible et des taux stratosphériques.
    C’est là où julien bonnetouche vous n’anticipez absolument rien. Car l’immobilier bien loin d’être une valeur refuge ne vaut plus rien sans le système financier. Les prix actuels ne sont possible qu’a condition que tout le système soit parfaitement huilé.
    Imaginez des taux de crédit à 10% ou plus, avec très peu de chance d’obtenir le crédit ce serait l’effondrement total des prix de l’immobilier, n’oublions pas que l’apport des uns est bien souvent constitué par le crédit des autres.
    Pour résumer, dans un scénario catastrophiste d’une spoliation de 10 ou 20% de l’épargne, l’immobilier lui verrait son prix divisé par 2 ou 3.

  • Samsam dit :

    @Par Curiosité : le prélèvement sur l’épargne a pour but de laisser sain et sauf le système bancaire (même si une banque ou deux sont fermées, dans le cas type chypriote). Et les 90% d’épargne restant, ils peuvent être utilisés par désespoir et panique à plusieurs choses, dont l’immobilier, suivant le contexte. Donc je modère la remarque.
    De toute façon à terme, tout le monde va perdre de l’argent dans les années à venir, que vous le mettiez dans l’immobilier qui fond, le loyer, l’or, la bourse artificiellement gonflée, le bitcoin, une assurance vie sur dette d’Etat, ou que sais-je. La question est de le perdre serainement et de manière limitée.

  • Samsam dit :

    tiens, autre sujet qui reste purement fictif mais anxiogène : la taxation des loyers ficitfs pour les propriétaires ayant remboursé leur emprunt. Le gouvernement fait planer l’idée, bien que chaque changement de gouvernement laisse envisager sa suppression et la possibilité de jouer la montre si elle était instaurée.
    Ok, tout cela est fictif, mais le fait que ces questions se posent alimente l’attentisme: probabilité faible, mais risque engendré élevé.

  • Par Curiosité dit :

    @Samsam,
    Je ne suis pas vraiment d’accord avec vous, tout d’abord la spoliation de l’épargne n’arrive que quand le système est déjà mal en point (les taux sont déjà élevés et le financement difficile, pour éventuellement d’autres raisons… et c’est pour cette raison que l’option spoliation est déclenchée) .
    Ensuite on ne dispose plus de 90% de l’épargne après une taxe de 10%, Il y a fuite des capitaux, retrait de cash, achat d’or,de devises étrangères la gâteau fond avant d’être coupé et il continue de fondre après et c’est bien là le danger.
    Tout le monde est perdant à ce petit jeu, mais à choisir il vaut largement mieux se faire raboter 10% sur son épargne en touchant des taux d’intérêts élevés car dans le même temps l’immobilier imploserait.

  • Samsam dit :

    Oui, les taux de dette d’Etat à long terme sont élevés lorsque ces mesures sont prises (jusqu’ici). Donc les taux d’emprunt aussi, c’est sur.
    On est d’accord, je n’avançais pas que les 90% ou autre chiffre (à Chypre, il restait en tout 40 à 50% de ce qui dépassait les 100 000€..;) allaient dans l’immobilier, mais comme vous dite, tentaient (sous peu que ceux ci ne soient pas figés dictatorialement sur place, au moins temporairement) de fuir quelquepart, dans le panel de choix que vous donnez.
    Enfin, tout ça reste un peu simpliste, mais je ne sais pas comment aller plus loin dans le délire et d’ailleurs peu de monde s’y essaye.
    Reùarque : tout le monde est perdant au petit jeu mondial engagé …

  • Par Curiosité dit :

    Je fais vraiment de la fiction avec un scénario auquel je ne crois absolument pas.
    Néanmoins il est important de considérer que les prix actuels de l’immobilier ne sont possibles que grâce à un système financier fonctionnant parfaitement et des taux très bas.
    Tout grain de sable dans le système financier se répercute avec un effet de levier sur l’immobilier par le biais du financement. Du fait de son asservissement l’immobilier est tout le contraire d’une valeur refuge.

  • Samsam dit :

    C’est aussi et surtout un passage obligé dans la tête des potentiels primo accédants. Parce que tous ont en tête 15 ans de réussites immobilières, envie de se motiver par l’idéologie du tous propriétaire, le supplice (psychologique) du loyer et par mimétisme de leur entourage.
    Et pour ces derniers, l’asservissement à l’immobilier est d’une autre dimension à Paris : location ou achat ? Pile tu perds, face je gagne … Les deux sont trop cher, un paquet va partir de l’intra muros avant d’attendre un retour au correct hypothétique. je ne partage donc pas l’idée de l’article du retour des primo accédant resolvabilisés (par-1.5% sur 8500e du m² ? ) Les pauvres, qu’ils réfléchissent à deux fois avant de se lancer dans la négative équity, sauf à ne pas revendre et donc rien racheter pendant au moins 10-15 ans)

  • Samsam dit :

    Ah oui, et une remarque : le grain de sable américain entraine exceptionnellement le contraire en France : une baisse des OAT 10 ans car on est considéré comme un pays plutôt fiable au regard du grand agonisant et du reste de l’Europe, et une BCE compatissante sur le crédit interbanquaire faisant plonger le coût de l’emission de monnaie.
    Et donc pour le moment, un gonflement du marché (toujours en ce moment, même si d’autres leviers cassés poussent à la baisse).

  • MP dit :

    Immoparis nous fait savoir qu’il considèrerait avec sérénité une baisse annuelle de ses revenus de 2,1% (baisse cumulée à Paris depuis 1/01/2013 selon MA), car il ne la considèrerait « pas violente ».
    Il se satisferait pareillement d’une hausse « pas violente » de ses impôts de 2,1% par an, à revenu égal.
    Il apprécierait naturellement tout autant une diminution de ses revenus, ou une hausse de sa fiscalité, de 0,7% par mois, car ce pourcentage n’est « pas violent ».
    Ce effort, méritoire, de sauvetage de son amour-propre mis à part, la question est de savoir si le loyer payé actuellement par un locataire à Paris pour un certain type de bien excède, ou pas, depuis le début de l’année, 2% de la valeur du logement occupé sur le marché, grevée des charges d’entretien et de fiscalité, en supposant que l’acquéreur éventuel ne contracte aucun emprunt pour acheter le même type de logement que celui qu’il loue.
    Si l’on prend en compte les analyses de S. de Lafond, autrement plus intéressantes que les sottises débitées par ImmoParis, on constate que les acquéreurs de logements de « grande surface » (pour Paris) on déjà, collectivement, répondu à la question posée plus haut, et que les acquéreurs de petites surfaces, qui jusque-là soutenaient les prix, commencent à se la poser.
    Reste que nous sommes dans une période de baisse traditionnelle des prix, sauf entre 1998 et 2007, et 2009 et 2011, et que c’est le niveau de la variation haussière des actes définitifs entre le T1 et le T3 qui donne la véritable mesure de la santé du marché immobilier.
    En 2013, cette variation saisonnière à la hausse a été inférieure de moitié, à Paris, de ce qui avait été observé entre 1997 et 2007, puis entre 2009 et 2011.
    Pour la première fois depuis 1998, jusqu’en 2007, ou de 2009 à 2011, la valeur de l’indice Notaires/INSEE pour Paris au T3 n’a pas été supérieure au T1.

  • ImmoParis dit :

    @MP Baisse des revenus de 2,1%, mais qu’est-ce que tu racontes? Tu sais que « tant qu’on a pas vendu on a pas perdu ». Idem si l’immobilier monte de 10%, si je garde mon bien je n’ai rien gagné. Arrête donc TES sottises.
    Enfin je te concède qu’une augmentation de 2,1% de mes impôts ne me gênerait pas, je suis même plutôt pour pour les personnes ayant un niveau de revenu élevé.
    Je maintiens : une baisse de 0,7% des prix à Paris pour un mois avec des volumes aussi faibles, ce n’est RIEN et ça ne représente RIEN.
    Rendez-vous le mois prochain pour un bilan de l’année.

  • G. dit :

    Immoparis, toujours dans le déni le plus complet… Avec des poncifs usés et faux tels que:
     » tant qu’on a pas vendu on a pas perdu ». En pratique, ceux qui envisagent de vendre le font pour une bonne raison: ils veulent aller vivre ailleurs, sont des héritiers, ont divorcé, ont besoin d’argent… Bref, ils ont BESOIN à plus ou moins brève échéance de vendre. Ainsi, ils finiront FORCEMENT par vendre sous quelques mois ou années. Et si l’immobilier baisse de 5% pendant les 5 prochaines années? Et bien attendre deux ans leur aura bel et bien fait PERDRE beaucoup d’argent.
    Allez, petite cerise sur le gâteau pour les partisans du « -0.7% par mois c’est rien ». 0.7% de 800 000 euros, c’est 5600 euros. C’est à peu près « seulement » 190 euros par jour.
    Pour ceux qui ont besoin de vendre, « perdre » 190 euros par jour, c’est cool, non? C’est rien du tout, allez, faites confiance à ImmoParis! Il sait ce qui est bon pour vous.

  • ImmoParis dit :

    @G. « Immoparis, toujours dans le déni le plus complet… Avec des poncifs usés et faux tels que:
    » tant qu’on a pas vendu on a pas perdu ». En pratique, ceux qui envisagent de vendre le font pour une bonne raison: ils veulent aller vivre ailleurs, sont des héritiers, ont divorcé, ont besoin d’argent… Bref, ils ont BESOIN à plus ou moins brève échéance de vendre. Ainsi, ils finiront FORCEMENT par vendre sous quelques mois ou années. Et si l’immobilier baisse de 5% pendant les 5 prochaines années? Et bien attendre deux ans leur aura bel et bien fait PERDRE beaucoup d’argent.
    Allez, petite cerise sur le gâteau pour les partisans du « -0.7% par mois c’est rien ». 0.7% de 800 000 euros, c’est 5600 euros. C’est à peu près « seulement » 190 euros par jour.
    Pour ceux qui ont besoin de vendre, « perdre » 190 euros par jour, c’est cool, non? C’est rien du tout, allez, faites confiance à ImmoParis! Il sait ce qui est bon pour vous. »
    Tu n’as RIEN compris! MP parlait de mon cas particulier (comme d’habitude d’ailleurs). En l’occurrence je ne projette pas de vendre ni à court, ni à moyen terme. D’où mon  » tant qu’on a pas vendu on a pas perdu ». Tu es donc hors-sujet.
    Oui oui « une baisse de 0,7% des prix à Paris pour un mois avec des volumes aussi faibles, ce n’est RIEN et ça ne représente RIEN ». Tes 190€/jour sont assez drôles et surtout virtuels. Compare donc aux augmentations des dernières années. Pour perdre de l’argent comme tu dis, il faut faire une moins value et celle-ci doivent être bien rare à Paris en ce moment. C’est drôle quand les prix remontait de +0,4% en juillet là ce n’était rien…
    Bref, MP ne doit pas dormir tranquille avec tout l’argent qu’il perd au fil des mois puisqu’il est multi propriétaire.

  • Par Curiosité dit :

    Excusez moi ImmoParis, vous avez certainement vos raisons et certes nous sommes qu’à -6% depuis le plus haut en 2 ans mais vous faites semblant d’ignorer que:
    Les grandes surfaces baissent déjà de 5% depuis 5 mois
    Les petites surfaces qui soutenaient la moyenne depuis 2 ans commencent à baisser et honnêtement le marché commence juste à réaliser que le plafonnement des loyers est pour demain et que ça veut dire 30EUR/m2 maximum pour un studio et 25 EUR/m2 maximum pour un 2 pièces qu’il soit meublé ou vide. Il y aura forcément un impact majeur sur le prix de ce type de biens.
    C’est le 3ème mois consécutif de baisse de 0.7% c’est maintenant une tendance et plus un chiffre isolé. -0.7% par mois ça fait déjà -8%/an en considérant que les petites surfaces résistaient encore. Être positif dans ces conditions c’est forcément être un peu dans le déni.

  • ImmoParis dit :

    @Par Curiosité, vous êtes tous fatigants de me faire dire des choses que je n’ai pas dîtes!
    En quoi je suis positif? Est-ce que je dis que les prix ne baissent pas?
    Je le répète encore et encore : je ne crois pas à un effondrement des prix et je pense que nous aurons une « tôle ondulée ». Profitez donc de ces quelques mois de baisse qui ont l’air de vous satisfaire par leur ampleur alors que certains annonçaient avec certitude une baisse à 2 chiffres pour l’année 2013.
    « Les petites surfaces qui soutenaient la moyenne depuis 2 ans commencent à baisser et honnêtement le marché commence juste à réaliser que le plafonnement des loyers est pour demain et que ça veut dire 30EUR/m2 maximum pour un studio et 25 EUR/m2 maximum pour un 2 pièces qu’il soit meublé ou vide. Il y aura forcément un impact majeur sur le prix de ce type de biens.  »
    Vous croyez vraiment qu’un 35 m² dans le centre de Paris ne se louera pas plus de 875€? Vous êtes naïf ou vous le faîtes exprès?

  • Par Curiosité dit :

    @ImmoParis
    Qu’est ce que vous êtes en train de nous expliquer: « Vous croyez vraiment qu’un 35 m² dans le centre de Paris ne se louera pas plus de 875€? Vous êtes naïf ou vous le faîtes exprès?  »
    Moi je le crois puisque ce sera imposé par la loi, il serait temps de vous informez et en effet ça va faire très mal à certains bailleurs.
    D’autant qu’il sera aussi interdit de demandé plus d’1mois de loyer en commission et plus d’1 mois de dépôt de garantie pour ceux qui auraient eu envie de se rattraper sous forme d’une prime d’entrée dans les lieux.
    Oui définitivement certain business model d’investisseur vont prendre une énorme claque.
    En plus, la location de courte durée (dites touristique) sera clairement interdite à Paris sans l’accord de la mairie et de la copropriété en considération des amendes prévues il vaudrait mieux se tenir à carreau!

  • ImmoParis dit :

    @Par Curiosité « Qu’est ce que vous êtes en train de nous expliquer: « Vous croyez vraiment qu’un 35 m² dans le centre de Paris ne se louera pas plus de 875€? Vous êtes naïf ou vous le faîtes exprès? »
    Moi je le crois puisque ce sera imposé par la loi, il serait temps de vous informez et en effet ça va faire très mal à certains bailleurs.
    D’autant qu’il sera aussi interdit de demandé plus d’1mois de loyer en commission et plus d’1 mois de dépôt de garantie pour ceux qui auraient eu envie de se rattraper sous forme d’une prime d’entrée dans les lieux.
    Oui définitivement certain business model d’investisseur vont prendre une énorme claque.
    En plus, la location de courte durée (dites touristique) sera clairement interdite à Paris sans l’accord de la mairie et de la copropriété en considération des amendes prévues il vaudrait mieux se tenir à carreau! »
    Je suis en train de vous expliquer que cette loi aura un effet minime puisqu’elle ne sera que très peu appliqué. On parie? Elle rejoindra d’autres mesures totalement inefficace :
    Droit au logement opposable => résultat nul
    Réquisitions de logement => résultat nul
    Location saisonnière => en pleine explosion à Paris avec une mairie qui ferme totalement les yeux malgré son discours offensif. De plus les rares sanctions réellement appliquées sont minimes par rapport aux gains que les bailleurs saisonniers se font.

  • Par curiosité dit :

    ImmoParis
    Vous vivez dans un autre monde, c’est vous qui êtes bien naïf, vous pensez vraiment qu’un locataire qui a la loi de son côté va payer une loyer de 1200-1300 EUR/ mois à son propriétaire alors que c’est marqué en toutes lettre dans son bail que le propriétaire ne peut pas louer l’appartement plus de 875 EUR? Je ne vois pas comment ce genre de loi ne serait pas appliquer sachant que le locataire se fera un plaisir de la faire respecter!
    Pour ce qui est de la location saisonnière la mairie de Paris n’est pas laxiste sur la question, c’est même elle qui pousse pour avoir un texte clair et des sanctions dissuasives ce qui arrive avec la loi ALUR et d’énormes amendes, vous croyez vraiment qu’ils vont se gêner pour les appliquer et remplir les tiroirs caisse! A titre d’exemple, j’ai moi même ouvert la porte à un agent de la mairie qui faisait une enquête sur les locations saisonnières dans mon immeuble.

  • Par Curiosité dit :

    ImmoParis, un petit topo sur la nouvelle règlementation relative à la location saisonnière
    http://www.pap.fr/actualites/loi-alur-le-regime-des-meubles-de-tourisme-va-encore-se-durcir/a13674
    Pour info: Louer sans autorisation : 25.000 € d’amende Le projet de loi Alur prévoit que des agents assermentés, ayant pour fonction de contrôler l’usage des locaux destinés à l’habitation, vérifieront la bonne application du dispositif. En cas d’infraction constatée, la sanction peut être lourde : jusqu’à 25.000 € d’amende et le retour à l’habitation des locaux (sous astreinte).
    Vu les sommes en jeu, il y aura forcément des enquètes et pour trouver les contrevenants il suffit d’aller sur internet… un jeu d’enfant qui rapporte gros à l’état.

  • The Edge dit :

    Je regarde regulierement les annonces d’appartements a vendre dans le 6e et dans le 7e (2-3 pieces; 65-75 m2). Et bien force est de constater que les vendeurs (en particulier ceux qui passent par des « grosses » agences bien connues) n’ont pas du tout integre une quelconque baisse des prix. Les prix au m2, meme pour des biens au RdC ou avec defaut, sont reellement stratosheriques. Meme avec un budget d’1ME (pour 65 m2, ca fait quand meme plus de 15000 E par m2), je n’arrive pas a identifier un bien qui me plaise. Pour avoir un bien conformes a mes criteres, il faudrait que je debourse au moins 1,3 ME. Hallucinant!!! Et en plus, meme a ce prix, je n’ai pas l’embarras du choix. Avec des vendeurs si peu raisonnables, les ventes risquent d’etre moribondes pour un bon bout de temps. Les journees vont sembler bien longues pour les agents immobiliers…

  • BERNARD dit :

    à « The Edge », patience ça arrive. La propagation de la baisse des prix se fait des grandes surfaces vers les petites. De la même façon que à l’inverse, quand les volumes de prêts grossissent, les prix augmentent; et la propagation se fait des petites surfaces vers les grandes surface.
    Exemple: Un appartement 102m2 rue Joseph Bara sans travaux, affiche a 1.6Md’EUR il y a 2 ans (quand j’ai interrogé un agent de Féaut, il m’a répondu qu’il était au juste prix, et donc qu’il n’y avait pas de négociation possible) est maintenant affiché à 1.225M d’Euro
    Un autre 106m2 rue du Cherche Midi (sans travaux également) était affiché a un prix similaire il y a plus d’un an et est maintenant affiché à 1.25M d’Euro.

  • The Edge dit :

    @BERNARD. Merci pour ces elements de comparaison. De toute facon, sauf bien reellement exceptionnel (ce que je n’ai pas vu dans les annonces), il est absolument deraisonnable de payer au-dela de 15-20% de surcote par rapport a la moyenne du quartier (autour de 13kE pour le secteur des Invalides). Donc 15,5 kE/m2 est vraiment un grand maximum pour ce quartier. Je patiente, j’ai le temps…

  • julien bonnetouche dit :

    @par curiosité,
    Il est tout de même possible que les lois duflot-alur ne soient jamais appliquée : elles sont idiotes. et anti-économiques.
    De plus, l’état n’a pas les moyens de financer les impayés (qui seraient alors légions) et l’encadrement nécessitera un « observatoire des loyers » qui risque bien de ne pas être mis en place avant 2017.
    d’ici là le vent aura tourné, même avant.
    Quant aux locations saisonnières, elles se pratiquent partout dans le monde, c’est ce que les touristes et travailleurs temporaires d’entreprises veulent. là aussi c’est idiot d’aller contre le souhait de personnes et d’entreprises qui participent à l’économie du pays.
    mais c’est vrai que nous sommes gouvernés par de dangereux dogmatiques pour le moment.

  • Par Curiosité dit :

    @The Edge
    Je trouve totalement déraisonnable le fait de payer 15.000 EUR/m2 alors que pour un tel prix la rentabilité locative brute va être bloquée à 2%.
    Ça me semble tout à fait malsain même si l’idée est d’habiter et non pas de louer.

  • Par Curiosité dit :

    @Julien
    La loi Alur est déjà passé à l’assemblée et au sénat elle a de grande chances de s’appliquer rapidement et particulièrement le plafonnement et la loc saisonnière. En tant qu’investisseur parier que ça ne s’appliquera pas est tout à fait suicidaire.
    L’observatoire des loyers existe déjà et les données sont déjà disponibles.
    Pour ce qui est des locations saisonnières à Paris:
    D’abord c’est généralement fait au black ce qui pose un sérieux problème
    C’est une concurrence pour hostellerie qui elle paye des charges.
    C’est une vraie nuisance pour la copro, valises à toute heures du jour et de la nuit (les avions décollent souvent très tôt ou très tard), locataires qui font la fête, ils sont en vacances et pas nous…
    C’est autant de logement en moins pour les résident alors que dans le même temps l’état engloutit des milliards pour faire construire et subventionner l’immo.

  • BERNARD dit :

    @ the Edge, oui vous avez raison, en terme de rentabilité on ne s’y retrouve pas (et il n’y a pas besoin de la loi Alur pour ca d’ailleurs). Il est actuellement inintéressant d’acheter (je loue à 29 euros le m2, bail nouveau, charges comprises, un appartement de grand standing. Pour percevoir une rentabilité de 3%, il devrait se vendre à 9600 euros le m2 alors que tous les appartements équivalents depuis 2 ans sont présentés dans mon quartier à 15000 le m2 et partent à 12500 le m2 environ.
    En plus je ne prends pas en compte dans mon calcul la baisse du prix, alors que tout le monde l’anticipe.

  • Gragra dit :

    J’ai visité un bien à 1M160 dans le 20 eme. J’ai lancé au doigt mouillé le chiffre de 950 en disant que c’était le maximum que le vendeur en tirerait. L’agent m’a instantanément répondu que le vendeur n’était pas pressé mais qu’à ce prix je pouvais l’avoir… sans même consulté le vendeur. Il serait temps pour les vendeurs et agents d’arrêter de bluffer sur les prix, et de rafraichir leurs annonces et leur prétentions. A vrai dire je pense que cet appartement vaux plutôt autour de 850 k compte tenu des 150 ou 200 k de travaux nécessaire pour en faire un bien de qualité… Je suis presque tenté de faire une proposition à 850, juste pour l’expérience, car au final cet appartement ne réuni pas tout mes critères. Je pense continuer à louer l’appartement ou je suis, au loyer très modique (90 m2 à Belleville pour 14k par ans charge comprise). A la louche j’ai gagné cette année entre 35 et 45 000 euro en n’achetant pas. C’est a dire 3000 euro par mois … le prix de la terrasse dont je rêve ? Certainement pas !

  • Samsam dit :

    Si la sous location et la location saisonnière « prennent » des logements, alors qu’en est-il de la transformation depuis 30 ans des immeubles de logement en bureaux pour firme, qui soit dit en passant, sont en partie vides aujourdhui ? Encore une fois, l’Etat est bien gentil d’intervenir en inventant la « transformation des bureaux (3,5 millions de m² en Ile de France vacants, je sais plus combien dans Paris IM) en logement », mais cela revient juste dans Paris à détricoter ce qui a été fait sans mesure ni contrôle depuis l’arrivée de Chirac à la Mairie de Paris.
    Cela étant dit, le prix n’est pas réélement corrélé au fameux « manque de logement » que nous bassinent les articles sur l’immobilier, ce facteur est si minime à côté des autres facteurs (aides, taux, incertitudes sur les autres valeurs, cycles) donc pas grans chose à attendre de ce côté là.

  • Samsam dit :

    Le 7è a quand même pas mal derrouillé en 1 an http://www.paris.notaires.fr/outil/immobilier/carte-des-prix, je suis étonné d’entendre des prix au m² encore aussi élevés. A mon avis, ça leur passera …
    Du -6% à – 16%, sur des prix aussi élevés et des secteurs plutôt bien renseignés, ça ne passe pas longtemps inaperçu …

  • ImmoParis dit :

    @Gragra « A la louche j’ai gagné cette année entre 35 et 45 000 euro en n’achetant pas. »
    LOL et à la louche tu as perdu combien en n’achetant pas ces 10 dernières années ?
    A la louche combien d’années dois-tu encore attendre pour que la baisse compense la hausse (donc perte pour toi) de ces 10 dernières années?

  • Fred dit :

    @ImmoParis
    Il y a 10 ans j’avais 20ans, pas de boulot, pas d’apport, j’ai fait 3 régions en 5 ans. J’aurais du acheter en 2008 un T2 qd j’avais un peu d’argent ?
    La actuellement, il vaut mieux être locataire que proprio vendeur
    On n’a pas tous eu la chance d’avoir une situation il y a 10 ans et d’être ds le bon wagon. Il y a aussi les primos. C’est les primos qui fluidifient le marché… En tant que primos (et pas en tant qu’agence ou vendeur…) aujourd’hui, tu achèterais ?

  • Gragra dit :

    Y’a 10 ans j’avais rien en apport !

  • G. dit :

    Voilà qu’Immoparis se lance avec désespoir dans les invectives fumeuses. Il est EVIDENT qu’avant qu’une bulle ne se forme, il faut acheter! Et il est tout aussi EVIDENT qu’au moment ou une bulle a passé son point haut, et est en train d’éclater ou se dégonfler, il ne faut pas acheter!
    Acheter maintenant, c’est devenir le pigeon qui permettra aux gens comme ImmoParis de se faire des cojones en or sur votre dos. Si vous vous moquez d’être le dindon de la farce, achetez vite, sinon ça se vendra pas!

  • ImmoParis dit :

    @Gragra je souligne juste l’absurdité de dire « j’ai gagné ». Vous pourrez dire ça quand vous aurez acheté en attendant vous n’avez RIEN gagné. Car même si vous avez la volonté d’acheter au plus bas, rien ne dit que vous y arriverez (vous ne serez pas le seul à avoir cette idée, vous ne trouverez peut-être pas à ce moment-la le logement qui vous correspond, etc…).
    C’est comme dire que ceux qui ont acheté récemment ont perdu de l’argent… Ils n’ont RIEN perdu tant qu’ils n’auront pas vendu.
    @Fred « La actuellement, il vaut mieux être locataire que proprio vendeur »
    Encore une phrase absurde, je ne vois pas en quoi un vendeur qui a acheté il y a 10 ans serait dans une moins bonne situation que toi locataire…
    Pour le type de bien et le quartier recherchés, oui j’achèterais encore aujourd’hui.

  • ImmoParis dit :

    @G. chouette il ne manquait plus que toi !

  • Gragra dit :

    Ok, je n ‘ai rien gagné, mais je vais éviter de faire mon shopping la veille des soldes… ça serait ballot non ?

  • Gragra dit :

    En fait j’ai peut être gagné en pouvoir d’achat immobilier non ?

  • ImmoParis dit :

    @Gragra Pas forcément, car ce que tu voulais acheter ne sera peut-être plus disponible durant les soldes ! D’autres seront peut-être passé avant toi… Tu te retrouveras donc avec de mauvais produits qui ne t’intéresse pas. Il te faudra peut-être attendre la fin des soldes pour enfin dénicher ce que tu désirais… Tu auras donc attendu toute la période des soldes pour rien, ça serait ballot non ?

  • Gragra dit :

    Merci Immo, pour ce souhait en forme de mauvais sort que tu tentes de me lancer … Je ne te connais pas, mais tu peux quand même me souhaiter le pire … alors tu me conseilles d’acheter tout de suite ? J’aimerais connaitre ton rêve me concernant ? Tu souhaites que je ne trouve pas d’appartement le jours ou je voudrais acheter ? Je pense que dans un ans ou deux ans il y aura encore des appartement en vente à Paris …
    PS : Je me méfie toujours des conseils sous forme de menaces voilées car ils cachent souvent une tentative pour forcer la décision sans tenir compte de la raison…
    PPS : En de hors d’ImmoParis quelqu’un d’autre me conseille d’acheter au plus vite avant que « tout ai disparu » ?

  • ImmoParis dit :

    @Gragra Je ne te souhaite rien, je ne rêve à rien te concerner. Comme tu le dis on ne se connait pas, je ne vois pas pourquoi je te souhaiterais le meilleur ni même le pire.
    Je te réponds juste en te montrant que c’est n’est pas aussi simple que ce que tu affirmes.
    A aucun moment je ne t’ai conseillé d’acheter tout de suite ni même d’attendre.
    « Je pense que dans un ans ou deux ans il y aura encore des appartement en vente à Paris … »
    Evidemment, ce n’est pas du tout ce que j’ai dis! Je ne te parle pas de quantité mais plutôt du fait qu’il n’est pas forcement aisé de trouver ce qu’on recherche et qu’en cas de baisse des prix tu ne serais pas le seul sur le marché.

  • Gragra dit :

    En résumé, tu me réponds et m’apportes la contradiction mais tu n’en sais rien ?
    troll, nom
    Sens 1 Personne qui poste des messages tendancieux sur les forums internet afin d’alimenter les polémiques

  • Fred dit :

    @ImmoPAris
    Oui bien sur c’est absurde si tu prends qq’un qui a acheté il y a 15 ans ou même tes parents…
    Je prends simplement mon cas, de primo qui attend de pouvoir acheter un bien avec un peu de surface pour ses enfants. Je compare par rapport à ceux de ma génération qui ont acheté un petit appart entre 2006 et 2009. Comme tu le dis ils ne sont ni gagnants ni perdants tant qu’ils sont ds leurs biens sauf que je me rend compte que je peux acheter plus grand pour moins cher et donc avec un prêt moins long. Voila ceux qui ont acheté à ce moment la, je sais pas si ils sont contents de leurs achat, ils ont pas l’impression d’avoir fait une plus value que les AI leur promettaient (mais si une plus value sur un logement principal est absurde à mon avis).
    Je pense que l’on a encore un peu de marge avec la baisse des prix qui n’a pas encore atteint la baisse de mi 2009.
    Tu vois de bonnes perspectives pour que le prix augmentent ds les 2 prochaines années ? Croissance, chomage ?

  • ImmoParis dit :

    @Gragra Mais enfin je ne suis pas conseiller en immobilier. Je donne juste mon opinion sur la tendance du marché de l’immobilier. Ca ne m’enlève pas le droit de te contredire lorsque tu assènes des énormités comme : « A la louche j’ai gagné cette année entre 35 et 45 000 euro en n’achetant pas. C’est a dire 3000 euro par mois … »
    Ni même lorsque « The Edge » affirme : « Ca va sans dire mais ca va encore mieux en le disant: mieux vaut etre aujourd’hui locataire que proprietaire! »
    Citez moi donc un des mes messages « tendancieux ».
    @Fred je ne pense pas que la situation sera pas pire dans 2 ans. Donc oui je pense qu’après une phase de (petite) baisse les prix remonteront (début 2015?).

  • ImmoParis dit :

    Correction : « je ne pense pas que la situation sera pire dans 2 ans. »

  • Par Curiosité dit :

    @Immoparis
    Puisque vous posez la question, je vais vous répondre.
    Vos commentaires sur la loi Alur m’ont paru « tendancieux » soit vous n’y connaissez rien et vous pourriez garder le silence, soit vous souhaitez juste entretenir la confusion et le nuage de fumée vis à vis d’une loi qui change fondamentalement la donne, pour les investisseurs, au niveau de la location de petites surfaces et condamne quasiment la location saisonnière à Paris.

  • ImmoParis dit :

    @Par Curiosité, c’est reparti pour un tour… Je connais l’existence de cette loi et je sais ce qu’elle contient. Je dis juste : « Vous croyez vraiment qu’un 35 m² dans le centre de Paris ne se louera pas plus de 875€? Vous êtes naïf ou vous le faîtes exprès? ». En d’autres mots je pense qu’elle sera inapplicable et donc sans effet (ce ne serait pas la première loi dans ce cas). Ca ne fait pas de moi un ignorant et n’ai donc pas à garder le silence.

  • Fred dit :

    @ImmoParis
    Si la situation ne sera pas pire dans 2 ans, elle sera soit identique, soit meilleure.
    identique : les prix continueront à baisser
    meilleure : quels leviers vois-tu pour avoir une meilleure situation ? Moral des Francais, chomage, taux…
    Si, comme ton pseudo l’indique, tu te concentres uniquement sur PAris inrtamuros, pe que la situation ne sera pas si terrible que ca (et encore) par rapport au reste de la France et de l’île de France. Par contre à partir de la petite couronne, je serai moins optimiste

  • ImmoParis dit :

    @adb paris, vous croyez réellement m’apprendre quelquechose là?
    Concernant l’encadrement des loyers je maintiens, nous verrons qui avait raison lorsqu’elle sera mise en place (prévue fin 2014… pour le moment).
    « malgré la baisse progressive des prix attendue dans les années qui viennent »
    Baisse PROGRESSIVE attendue? Ah bon, par qui? Friggit? Un agent immobilier baissier on aura tout vu.
    « Quelqu’un a dit plus haut qu’il vaut mieux louer un 5P de standing à Paris ouest (17ème Ternes par exemple) plutôt que de l’acheter »
    Concernant votre exemple, pourquoi parlez-vous de rentabilité alors que louer plutôt qu’acheter = propriétaire occupant? Comment pouvez-vous calculer une rentabilité sans parlez de taux d’emprunt? A moins que vous parliez d’achat cash dans ce cas là je ne parviendrais pas à la même conclusion que vous… C’est loin d’être clair votre affaire.

  • ImmoParis dit :

    Début 2014

  • Gragra dit :

    Voilà un commentaire qui saisit la psychologie et le crédo d’ImmoParis :  » Un agent immobilier baissier on aura tout vu.  »
    Un agent immobilier ne peut pas envisager la baisse. C’est comme une présentatrice météo qui ne peut pas envisager le mauvais temps ?
    On entre dans le domaine du religieux, du crédo. Un agent dois croire à la hausse perpétuelle de l’immobilier ! Voilà qui est dit ! Ceux qui n’y croient pas n’ont tous simplement pas eu la révélation (dont immoParis semble avoir lui aussi bénéficié). Les Friggit et autre économistes qui envisagent la corrélation entre les revenus et prix de l’immobilier sont au mieux des illuminés, au pire des hérétiques. Il n’appartiennent en tous cas pas à la même église d’ImmoParis.
    Bien qu’athée je laisse à chacun sa conscience …

  • ImmoParis dit :

    @Gragra encore une fois tu me fais dire ce que je n’ai pas dis… C’est épuisant !
    Nous n’avons pas la même définissions du mot « baissier ». Il est évident qu’un agent immobilier peut envisager une baisse de l’immobilier, n’importe quel crétin serait d’accord. Pour moi baissier = souhaiter la baisse de l’immobilier et tenter d’en persuader les autres au point de déformer la vérité.
    J’ai dis « Baisse PROGRESSIVE attendue? », la mise en majuscule du mot progressive aurait du te faire comprendre (désolé là je ne peux plus rien pour toi) que c’est ce mot qui m’interpelle. Mon questionnement est donc : qui a prédit une baisse PROGRESSIVE dans les années à venir? Personne à ma connaissance à part ceux qui souhaitent la baisse, qui rêvent de la baisse, qui vivent pour la baisse,… = BAISSIERS. Bref pas un agent immobilier !
    C’est assez pénible de devoir expliquer chacun de mes posts, recadrer les propos qu’on m’attribue à tord.
    Je vous laisse donc entre vous quelques semaines, vous pourrez vous gargarisez de ces énormes baisses mensuels. Je vous retrouverai « avec plaisir » fin janvier.
    Bonnes fêtes de fin d’année à tous !

  • Gragra dit :

    – 5% en moyenne par an pendant quelques années ça me va très bien … et cela m’encourage à attendre en effet…

  • G. dit :

    « – 5% en moyenne par an pendant quelques années ça me va très bien … et cela m’encourage à attendre en effet… »
    A -5% de baisse annuelle, sachant qu’en plus votre capital est placé ailleurs et rapporte, à chacun de faire son calcul… A noter que si vous êtes locataires, vous enlevez dans le calcul votre loyer, mais que si vous êtes propriétaires, alors les frais d’entretien et autres taxes sont à vos charges. Le « get-rich-quick » scam de l’immobilier est terminé.

  • Samsam dit :

    @ImmoParis : Pourquoi toujurs recadrer ? Peut être parce que tu t’exprimes toujurs de la même manière ? Qui finit par inciter les modérateurs à fermer le post comme l’année dernière ?
    « malgré la baisse progressive des prix attendue dans les années qui viennent »
    Baisse PROGRESSIVE attendue? Ah bon, par qui? Friggit? Un agent immobilier baissier on aura tout vu.
    Tu peux pas vraiment être plus agressif (ok, faut bien se défendre et j’avoue que tu te bats bien car tu es un peu seul contre tous) : attendue veut bien dire ce que ça veut dire, ca devient un peu consensuel comme « la reprise de la croissance n’est pas attendue pour le moment », attendue n’est pas « prédite » ou « assurée », pas la peine de faire une figure de style en crescendo pour attaquer had nominem « un agent immo baissier on aura tout vu » tu peux lui parler en face. Est-ce que si je dit « un nanti qui vient exposer ses erreurs aux autre dans son temps libre on aura tout vu » ca te semble approprié au débat (je ne le dis pas, je le suppose). Surtout pour dire que c’est « Progressif » qui te dérange, pour rien quoi. Vu que l’idée d’une baisse brutale est pour le moment un peu à l’écart du débat, tu veux qu’il dise quoi ?
    Et en soi, un agent immobilier a besoin d’un marché qui roule, en montant ou en baissant, pas dépourvu de transaction, sinon c’est a clé sous la porte Donc ce n’est pas débile, faut bien vendre, donc il peut très bien être baissier dans ton sens, engagé militant, prosélite et naïf.
    Au jeu du « qui a raison », que je n’aime pas, tu perds vis à vis des autres posteurs présents depuis 2 ans …

  • Samsam dit :

    Actualité du jour qui va surement avoir un impact sur les taux et la situation à venir
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/12/18/la-fed-reduit-son-soutien-a-l-economie-americaine_4336715_3234.html

  • julien bonnetouche dit :

    il y a un moment que je n’étais pas venu, mais franchement ça vaut le coup de vous lire !!
    je me suis bien marré. Merci;
    Bravo à ImmoParis, tenir tête seul contre tous, c’est fort !!! ( je suis avec toi, et je sais bien que tu as raison car tu regarde les choses avec un peu de hauteur ) …

  • loki dit :

    c’est vrai que c’est assez drôle de voir la virulence de certains. Je savais que l’on avait 50 millions de sélectionneurs de l’equipe de france de foot mais je sais maintenant que l’on a aussi 50 millions d’économistes.
    Il y a quelque chose ici dont personne ne parle, c’est le côté irrationnel d’être proprio. Par cela, j’entends le plaisir de pouvoir faire les travaux que l’on veut pour avoir ce que l’on a toujours voulu. J’ai passé de nombreuses années locataires à me dire que je voudrais une super cuisine, une super salle de bain que j’aurais choisie et ainsi de suite pour toutes les pièces. Cela n’est possible qu’en étant propriétaire et cela a effectivement un coût qui était absorbé par la hausse des 10 dernières années et qui ne le sera sans doute pas dans les années à venir.
    Mon point de vue est que quand on bosse comme un fou, c’est aussi pour en profiter. Certains achètent des voitures, font des voyages et d’autres veulent avoir un appart entièrement refait à leur gout.
    Ma conclusion: acheter aujourd’hui pour faire un placement me parait vraiment inopportun et plutôt risqué. Si c’est pour l’occuper et que vous avez les moyens de faire les travaux et la chance de trouver un appart sans défaut, le risque est plus faible mais surtout vous allez en profiter tous les soirs.
    Si votre plaisir est plutôt de ne faire que des bons placements, alors sans aucun doute, il faut rester locataire. Mais il ne faut pas acheter de voiture ni partir en voyage car la c’est du -100% de rentabilité…

  • BERNARD dit :

    Bonjour Loki, je ne suis pas sure de suivre votre raisonnement, je suis locataire et je voyage tous les ans a l’Ile Maurice en class biz dans un hotel tres sympa (que je recommande chaudement, je peux vous donner l’adresse si vous voulez). J’ai revendu mon appart en 2009 pour acheter plus grand et depuis je trouve que les prix sont déconnectés de la realite. Mon argent est placé et me rapport de quoi payer la location d’un appartement plus grand et en attendant au lieu de noyer mon épargne dans un achat dont la rentabilité est nulle, je m’offre des plaisirs tout aussi louable que d’avoir sa petite cuisine faite a son goût (franchement même ca ce n’est pas un problème car ça ne coûte pas très cher de relooker une cuisine. De plus les appartements de grandes surfaces ne se louent tout simplement pas avec des salles de bain vieillottes. Les propriétaires sont obliges de les réactualiser régulièrement)
    La seule chose qui me manque dans une location c’est du rangement dans la reception de belle facture. j’ai résolu le problème en achetant un meuble Molteni (en vente au bon marché ou dans le 6ieme) . Et j’en suis très contente. D’ailleurs, je déménage bientôt, et les gens qui visitent mon appartement actuel (qui n’a toujours pas trouve preneur après 6 visites…) demandent si le Molteni reste…
    bon après tout c’est un choix, on éprouve tous pas la même satisfaction de la même façon. Mon calcul est purement économique. Si une rentabilité est nulle et tourne au négatif (c’est le cas avec les prix qui baissent actuellement), je garde mon argent, je ne surenchéris pas, et je préserve ainsi mon pouvoir d’achat car on ne vit qu’une fois! (j’aime me faire plaisir!)

  • Par Curiosité dit :

    @ Loki
    Je ne comprends vraiment pas ce qui peut différentier le fait de louer ou d’être propriétaire d’un bien identique en quoi un propriétaire en profite plus.
    Le propriétaire est financièrement perdant quand les prix ne progressent pas de 2-3% par an.
    Avec la baisse actuelle un locataire peut sans aucun problème effectuer quelques travaux dans son appartement c’est peut être à fonds perdus mais il perdra toujours moins d’argent qu’un propriétaire.

  • loki dit :

    @ Par curiosité
    j’ai passé longtemps en location et les biens proposés, en tous cas ce que j’ai vu, n’ont jamais proposé la même qualité ni le même confort que ce que l’on peut avoir en faisant les travaux nous même. Et je doute qu’un locataire puisse refaire entièrement un appartement. Ca n’aurait aucun sens vu les montants et dans la plupart des cas, il faudrait remettre dans l’état avant de partir. Ca n’est que mon point de vue, il est peut etre possible de trouver des appartements refaits à neuf avec que des materiaux de grandes qualités mais je n’en ai jamais vu.
    @ Bernard
    Je ne sais quoi répondre à quelqu’un dont la vie fait tant réver. Merci pour vos conseils shopping dans le 6ème ou votre bel hotel à Maurice. Malheureusement, j’ai bien peur de ne pas avoir les moyens. Je continuerais donc de rêver en vous lisant.

  • Par Curiosité dit :

    @Loki
    On a jamais parlé de refaire entièrement un appartement mais de faire quelques travaux d’amélioration à la marge. Il n’y a aucune raison de devoir remettre l’appartement dans l’état initial si on a l’autorisation du propriétaire qui donnera son autorisation pour des travaux bénéfiques à son appartement.
    Ne pas oublier que la possession d’un appartement familial peut facilement faire perdre 100.000 EUR de capital par an. Pour beaucoup moins cher on peut changer le carrelage de sa sdb en location!

  • Samsam dit :

    Il me semble que Loki parle simplement de la satisfaction d’être propriétaire, qui est devenu une dépense plus qu’un investissement. Dépense potentielle, car comme le dit ImmoParis, on n’est perdant que lorsque l’on a vendu en période plus basse, ce qui n’est pas nécessaire !

  • Johny dit :

    Je ne vais pas rentrer dans le débat achat/loc. Je pense que ce débat est un débat animé parce que les pauvres mortels que nous sommes ont été ballottés par des variations assez brutales de l’immobilier, pour plein de bonnes mais aussi de mauvaises raisons (mauvaise gestion du problème par nos politiques notamment).
    Je pense que les professionnels de l’immobilier ont aussi leur part de responsabilité. Ils tiennent un discours ultra-vendeur aux acheteurs potentiels qui les feraient mettre en prison s’ils étaient des conseillers financiers. Comme ils vivent bien quand les prix montent et que les gens achètent et revendent de manière frénétique, ils feront tout pour pousser les prix vers le haut, désinformer, ne pas divulguer d’information qui ne leur convient pas etc. Encore maintenant, beaucoup d’agents sont dans le déni de la baisse.
    C’est ce qu’on appelle une asymétrie d’information. C’est le même type de comportement qui a été reproché à Goldman Sachs avec les actions de startups pendant la bulle internet. Pour eux, les actions d’une startup, c’était comme une pastèque balancée du haut d’un immeuble. Il fallait vite vite la faire vendre et revendre en faisant chauffer les prix, et s’en débarrasser avant que la pastèque ne s’éclate sur le bitume.
    Si l’immobilier montait tranquillement au taux général de l’inflation, il n’y aurait pas de débat sur l’opportunité d’acheter ou de louer. Ce serait purement un choix personnel. Ceux qui veulent soigner leur intérieur et savent qu’il vont y rester pour les 10 prochaines années (et ont l’argent de la mise initiale) achètent. Les autres louent.

  • Horemheb dit :

    Je constate que le pauvre immoparis se fait lyncher…tiens bon immo!
    À quand le récapitulatif de l’année 2013 MA? Tablez-vous toujours sur une baisse comprise entre 0 et 5% ou cela s’est il affiné?

  • Samsam dit :

    @Horemheb : ImmoParis n’est ni pauvre, ni lynché, ça se saurait 🙂 on voit juste qu’il n’y a toujours pas de consensus sur le sujet, mais il n’y en aura jamais et ca peut durer encore 10 ans, chacun se posera encore la question que ca baisse, stagne ou reprenne.
    Le baromètre ne devrait pas tarder ?

  • Samsam dit :

    Les prix ont été mis à jour déjà

  • The Edge dit :

    @Samsam
    Et ou ces nouveaux prix sont-ils accessibles? Quelle est la tendance du mois dernier? Pouvez-vous s’il vous plait donner un lien? Merci par avance.

  • Bonjour à tous,
    Les prix sont à jour dans la rubrique « Prix immobilier » : http://www.meilleursagents.com/prix-immobilier/
    Le Baromètre au 1er janvier sera publié demain matin et sera disponible dans la rubrique « Actualités » avec notre tout nouvel Indicateur de Tension Immobilière.
    À demain !

  • important source - How To Choose The Best Omega 3 Oils dit :

    This blog is great.

Vous souhaitez laisser un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *