Fermer

Bilan 2015 et perspectives 2016 du marché immobilier résidentiel français – Conférence de presse du 14 janvier 2016

Estimer 5 min.

Comme chaque année, Meilleurs Agents fait la synthèse de l’évolution du marché immobilier à Paris et dans les plus grandes villes de France. Cette synthèse nourrit l’analyse pour comprendre les dynamiques du marché et anticiper les perspectives de l’année 2016. Analyses et commentaires de Sébastien de Lafond, Président et fondateur de Meilleurs Agents sur l’état du marché, l’évolution des prix de vente et des loyers, l’impact des politiques publiques, les perspectives 2016 et la nécessité pour les acheteurs, les vendeurs et les investisseurs de disposer d’un outil de mesure de la liquidité d’un bien pour prendre de bonnes décisions.


Points clés :

  • L’année 2015 a été marquée par la baisse des prix de l’immobilier ancien dans la plupart des grandes villes de France. Seules 3 grandes villes ont échappé à la baisse en régions en 2015 : Bordeaux (+0,8%), Montpellier (+0,5%) et surtout Nantes avec une hausse remarquable de +3,2%.
  • Le climat des affaires immobilières s’est dégradé à nouveau pendant les derniers mois de l’année 2015. La reprise n’est pas pour autant totalement remise en cause mais il faut être prudent, elle reste fragile et sera lente.
  • Selon nos calculs et nos estimations, les prix de l’immobilier ancien dans les grandes villes de France devraient évoluer entre -3% et +4% selon les villes.
  • MeilleursAgents annonce l’Indice de Liquidité qui permet de savoir si un bien va se vendre rapidement avec peu de décote par rapport au prix de mise en vente ou alors après une longue période et une forte décote.

Bilan 2015

L’année 2015 a été marquée par la baisse des prix de l’immobilier ancien dans la plupart des grandes villes de France :

  • Lille : -3,7%
  • Marseille : -2,3%
  • Strasbourg : -1,9%
  • Paris : -1,9%
  • Lyon : -1,5%
  • Nice : -1,3%
  • Toulouse : -0,5%

Les baisses enregistrées à Paris et à Lille sont en partie dues à l’encadrement des loyers. Sa mise en œuvre dans la capitale a contribué à figer les transactions des studios et deux-pièces. Les investisseurs à la recherche d’un bien locatif sont allés chercher ailleurs des conditions plus favorables. À Lille, bien que l’encadrement ne soit pas encore effectif, la volonté de la mairie a été clairement affirmée avec les mêmes conséquences qu’à Paris.
La baisse des prix parisiens s’est constatée sur toute l’année même si elle a ralenti fin 2015. La tendance baissière est toujours en vigueur aujourd’hui dans la capitale. Seules trois grandes villes ont échappé à la baisse en régions en 2015 : Bordeaux (+0,8%), Montpellier (+0,5%) et surtout Nantes avec une hausse remarquable de +3,2%.
En Île-de-France, Petite et Grande Couronne ont mieux résisté que Paris grâce à un effet de report poussant nombre de ménages à chercher dans les départements limitrophes des logements mieux adaptés et à des prix plus raisonnables.
Ces évolutions des prix sont en ligne avec les prévisions annoncées par MeilleursAgents en janvier 2015 et légèrement affinées en septembre dernier. Nos outils, nos données et nos modèles démontrent année après année notre capacité à mieux comprendre les dynamiques du marché immobilier et à prévoir ses évolutions.
Dans ces conditions de marché et de réglementation, l’évolution des loyers sur un an est très contrastée d’une ville à l’autre.

  • Strasbourg : -2,8%
  • Nantes : -1,1%
  • Paris : -0,6%
  • Toulouse : -0,2%
  • Bordeaux : +1,2%
  • Lille : +1,1%
  • Lyon : +0,9%
  • Nice : +0,8%
  • Marseille : +0,4%
  • Montpellier : +0,3%

Volume de transactions et fluidité du marché

Le volume global de transactions dans l’ancien a progressé de 7% en un an pour atteindre 769 000 ventes au niveau national. Cette progression est encourageante mais ne permet pas de retrouver le niveau d’activité du marché constaté en 2000 – 2007. A cette époque, on comptait 3,3 transactions par an pour 100 ménages. En 2015, nous avons compté 2,7 transactions pour 100 ménages. Compte tenu de l’accroissement de la population française (28 millions de ménages en 2015), il manque 140 000 transactions pour retrouver un marché fluide.

Marché du neuf

Dans le neuf, le marché se porte mieux en grande partie grâce au dispositif Pinel qui a ravivé l’intérêt des investisseurs. Les promoteurs ont su gérer leurs stocks et leurs projets pour éviter une chute des prix. La progression constatée en 2015 n’a cependant pas permis de retrouver les niveaux d’activité de 2011.

Évolution des taux d’intérêt

Bien que l’année ait été agitée, les taux sont restés dans une fourchette basse en 2015. Compte tenu de l’absence de croissance et d’inflation, de la montée persistante du chômage et malgré les risques géopolitiques, les inquiétudes suscitées par l’économie chinoise et la hausse des taux aux États-Unis, les taux d’intérêt devraient en 2016 conserver le niveau atteint en 2015 voire baisser encore légèrement.

Une reprise compromise ?

Après avoir retrouvé un peu de vigueur durant les 9 premiers mois de l’année, l’ITI (Indice de Tension Immobilière), qui témoigne du niveau de la demande, ne progresse plus depuis cet automne. Ce changement peut s’expliquer par la diminution de l’appétit commercial des banques en fin d’année, des mesures fiscales et réglementaires contre productives voire dissuasives, la montée du chômage, les incertitudes liées aux élections régionales, les attentats… et tout ce qui a contribué à faire perdre confiance en l’avenir à des acheteurs déjà bien incertains.
Le climat des affaires immobilières s’est dégradé à nouveau pendant les derniers mois de l’année 2015. La reprise n’est pas pour autant totalement remise en cause mais il faut être prudent, elle reste fragile et sera lente.

Quel scénario pour 2016 ?

Notre scénario pour 2016 prévoit une reprise graduelle avec une croissance lente des volumes de transaction et un ralentissement progressif de la baisse des prix. Les taux vont rester bas, voire baisser légèrement et donc donner encore un peu de pouvoir d’achat aux ménages que les banques acceptent de financer.
La demande relative, mesurée par l’ITI devrait progresser légèrement et progressivement à mesure de la disponibilité des crédits bancaires. Pour autant, aucune reprise franche des volumes ou de hausse de prix ne se fera sentir tant que le chômage ne repartira pas à la baisse.

Quel scénario pour 2016 ?

Selon nos calculs et nos estimations, les prix de l’immobilier ancien dans les grandes villes de France devraient évoluer entre -3% et +4% selon les villes.

Indice de liquidité - MeilleursAgents

Point sur les politiques publiques

À Paris, l’encadrement des loyers a déjà 5 mois, mais encore 29% des loyers sont au-dessus des seuils autorisés. Cette mesure a surtout contribué à faire les chuter les prix de vente des petites surfaces (studios et deux-pièces) de -5,6% en deux ans alors que les grands appartements parisiens ne cédaient que -3,0%. Pour la première fois, l’ITI des grandes surfaces dépasse celui des petites, ce qui témoigne de la chute de la demande pour ces biens traditionnellement très recherchés.
La hausse des droits de mutation à Paris n’est, d’après nous, pas la mesure la plus adaptée. Avec +0,7% à Paris, cette hausse génère un surcoût moyen de 2 100€ par acquisition. Avec 33 000 transactions par an, la municipalité espère donc une recette additionnelle de 70 millions d’euros. Plutôt que de renchérir chaque transaction, ne valait-il mieux pas chercher à fluidifier le marché et augmenter le nombre de ventes ? Il faudrait ainsi 4 600 transactions supplémentaires pour générer 70M€ de recettes additionnelles sans augmentation des droits de mutation ni baisse du pouvoir d’achat. Sans compter les bénéfices indirects (emplois, chiffre d’affaires et donc recettes fiscales) que génère chaque transaction dans l’ancien via les différents prestataires impliqués (notaire, agent immobilier, déménageur, divers corps de métier liés à l’aménagement…).
La relance du PTZ dans l’ancien ressemble à une mesure gadget dont l’objectif semble avoir été de donner l’impression que les politiques publiques n’étaient pas uniquement consacrées aux logements neufs. En effet, ce PTZ concerne des projets comprenant 25% de travaux soit en réalité, un tiers du prix d’achat. Très peu de biens sont éligibles dans des centres villes chers. Au final, cette mesure ne concerne qu’un nombre très réduit de transactions : 3 000 PTZ dans l’ancien en 2015.
Nous avons le sentiment que les politiques se trompent d’objectifs ou pire, décident de mesures allant à l’encontre de ce qu’ils recherchent. L’accumulation des législations, taxes et des régimes spéciaux (incitatifs ou dissuasifs) a fini par rendre le marché illisible et instable pour les acheteurs et les vendeurs. Il en résulte une moindre fluidité du marché et donc, moins de recettes et moins d’activité économique pour les acteurs du secteur.
Les politiques publiques devraient se concentrer sur trois objectifs :

  1. Assurer la plus grande liquidité du marché immobilier
  2. Faciliter l’accès au logement pour les moins favorisés
  3. Veiller au bon développement de l’urbanisme

Trop de dispositifs sont éloignés de ces objectifs ou produisent des effets contraires.

Pourquoi et comment mesurer et comprendre la liquidité d’un bien immobilier ?

La liquidité d’un bien reflète son potentiel de rapidité de vente avec une décote limitée. Cela revient à mesurer si un bien est facile à vendre ou non. MeilleursAgents vient en aide aux vendeurs, acheteurs et investisseurs en leur donnant toutes les informations nécessaires à l’appréciation de la liquidité d’un bien.
MeilleursAgents annonce donc l’Indice de Liquidité qui permet de savoir si un bien va se vendre rapidement avec peu de décote par rapport au prix de mise en vente ou alors après une longue période et une forte décote.
Avec cet Indice de Liquidité, le vendeur, l’acheteur ou l’investisseur peuvent adapter leurs stratégies :

  • Je vends un bien peu liquide : attention aux prix trop gourmants, écouter les propositions des acquéreurs et faire preuve de souplesse
  • J’achète un bien liquide : attention de ne pas trop négocier au risque de perdre l’affaire
  • J’investis : je me concentre sur les biens les plus liquides que je pourrai revendre facilement

Indice de liquidité immobilière - MeilleursAgents

Analyse de la liquidité

Dans toutes les villes, les petites surfaces sont des biens plus liquides que les grandes surfaces. Pour autant d’importantes disparités apparaissent entre les arrondissements de Paris et entre les grandes villes en fonction des dynamiques d’offre et de demande locales.
C’est pourquoi MeilleursAgents complète l’arsenal d’outils mis à disposition des acteurs du marché.
Après l’estimation du prix de chaque bien (ESTIMA), l’Indice de Tension Immobilière qui permet de comprendre les dynamiques et tendances du marché, l’Indice de Liquidité permet à tous les acteurs de prendre les bonnes décisions. On apprend que les deux-pièces parisiens sont désormais plus liquides que les studios, et que le marché bordelais est beaucoup plus liquide aujourd’hui que celui de Nice.

Indice de liquidité immobilière top villes France - MeilleursAgents
 

Indice de liquidité immobilière légende France - MeilleursAgents

À propos de Meilleurs Agents

Meilleurs Agents aide les particuliers à réussir leur projet immobilier en leur apportant la meilleure information possible sur le marché, les prix et les agents immobiliers. Nos services sont gratuits pour les particuliers et payants pour les professionnels avec qui nous les mettons en relation.

Christine Bardet

66 commentaires Masquer les commentaires Voir les commentaires

  • Vincent dit :

    Chaque année, vous vous plantez et chaque année vous vous facilitez de vos prévisions. Voici donc l’historique pour Paris :
    2008 : Création du site. Pas de pronostique.
    2009 : Pronostique : ~ -15% Résultat MA : -2 à -3% Résultat notaire : 97,2 => 100 (+2.9%)
    2010 : Pronostique : Entre -5% et +5% Résultat MA : +20% Résultat notaire : 100 => 120 (+20%)
    2011 : Ne se prononce pas mais « les arbres ne montent pas jusqu’au ciel ». Résultat : +4,7% Notaire : 120 => 128,3 (+7%)
    2012 : -5 à 10% (Partout, les prix chuteront progressivement de 5 à 10% et les délais de commercialisation seront multipliés par deux) Résultat : +0,5% Notaire : 128,3 => 128,8 (+0.4%)
    2013 : Pronostique : ? (« Ainsi, les volumes de transactions vont continuer à baisser pour atteindre les niveaux les plus bas de la fin des années 90 alors que les prix poursuivront une érosion lente mais probablement plus marquée qu’en 2012 ») Résultat : -3.8% Notaire : 128,8 => 126,5 (-1.8%)
    2014 : De -3 à 5% Résultat : -2.8% Notaire : 126,5 => 122,9 (-2.9%)
    2015 : ~ -3% Résultat : -1.9% Notaire : Non publié mais pense 8050€ (+1,5%) : http://www.paris.notaires.fr/node/3043
    2016 : De -3% à 0% Résultat : ?
    Vous vous félicitez de la justesse de vos pronostiques. Voyons ca d’un peu plus en détail si vous le voulez bien. Si on considère votre carte interactive de Janvier 2015 et non pas vos déclarations (ce qui vous avantage) :
    Lille : -3,7% Prévision : De -3 à 5% : Bon
    Marseille : -2,3% Prévision : De -3 à 5% : Mauvais
    Strasbourg : -1,9% Prévision : De -3 à 0% : Bon
    Paris : -1,9% Prévision : De -3 à 0% : Bon
    Lyon : -1,5% Prévision : De -3 à 0% : Bon
    Nice : -1,3% Prévision : De -5 à 3% : Mauvais
    Toulouse : -0,5% Prévision : De -3 à 0% : Bon
    Montpelier : +0.5% Prévision : De -3 à -5% : Très mauvais
    Bordeaux : +0.8% Prévision : De -3 à 0% : Mauvais
    Nantes : +3.2% Prévision : De -3 à 0% : Mauvais
    Finalement 5 pronostiques bon sur 10. Aucun pronostique haussier et pourtant des villes qui finissent en hausse…
    Par ailleurs, vous nous parlez de l’ITIL sans cesse. Je vous cite :
    3 < ITI < 4 : Excédent d’acheteurs / Tendance des prix à la hausse
    2 < ITI < 3 : Marché équilibré / Tendance des prix à la stabilité
    1 < ITI < 2 : Déficit d’acheteurs / Tendance des prix à la baisse
    ITI < 1 : Fort déficit d’acheteurs / Tendance des prix à la baisse
    Or, les 3 villes qui augmentent ont un ITIL compris entre 1 et 1.7.
    Toutes les villes ont un ITIL inférieur à 2. Pourtant, il y a 3 villes qui montent.
    Je ne parle même pas de l’IDF (+0.6%) où l’ITIL est inférieur à 1 presque partout.
    Aucune remise n’en cause de l’outil ? A un moment donnée, il va bien falloir le faire je pense.
    On aura aussi aimé avoir votre pronostique sur l’IDF qui n’a pas d’encadrement de loyers et qui fini à +0.6% en 2015. C’est dommage.

  • F6 dit :

    Commentaire intéressant de Vincent.
    La confiance que l’on porte au site a bien plus de valeur que la justesse des pronostics, jeu difficile par nature…soyez donc intransigeants sur l’objectivité de vos chiffres et bilans.

  • François dit :

    Tout à fait d’accord avec Vincent. toutes ces prévisions ne veulent rien dire. Elles sont chaque année fausse. Personne ne peut prévoir les prix dans l’immobilier.
    Les prévisions sont beaucoup plus complexes à prévoir que le site laisse entendre.
    Il ne s’agit pas d’un simple rapport acheteur/vendeur qui permet de donner la tendance. Personne n’a jamais réussi à faire des prévisions sur les prix. Ce n’est pas meilleur agents qui arrivera à le faire.
    Comment les prix peuvent baisser avec 2 acheteurs pour un vendeur ? Cela ne peut que monter !
    comment prédire le nombre de biens qui vont être mis en vente cette année ? personne ne peut le dire ? Les vendeurs sont ils prêt à faire une moins value ? Si ce n’est pas le cas le nombre de biens à vendre réellement a prix du marché est moins important …
    Du coup ce rapport acheteur /vendeur n’est pas assez pertinent

  • IM dit :

    Le problème, c’est qu’un paramètre était difficilement prévisible : les taux maintenus artificiellement bas sur une durée si longue, dans une économie inondée de liquidités. Si les taux étaient restés dans leur « range » historique, les pronostics de MA se seraient vraisemblablement vérifiés.
    Mais à situation financière artificielle, prix de l’immobilier artificiels. La « coke monétaire » distribuée chaque mois par Draghi dans le cadre de son QE explique le gonflement des bulles boursières, mais aussi le maintien des taux d’emprunt très bas. Ajoutez les « vite vite, c’est le moment d’acheter ! » servi par les lobbies immo chaque semaine dans les médias, et la boucle est bouclée.
    Tout cela finira bien un jour, et le contre-coup pour les banques risque d’être brutal… ces deux dernières années, elles ont en effet tourné à plein régime pour octroyer des renégociations de crédit à tout le monde… des dizaines de milliers de crédits immobiliers de 4 ou 5 % renégocié à 2 %, parce que l’économie, à cet instant T, permet de prêter à de tels niveaux.
    Mais que se passera-t-il lorsque les taux obligataires (notamment l’OAT 10) – et donc les taux immobiliers – remonteront ? Outre l’effet mécanique sur les prix de l’immobilier (hausse des taux = baisse des prix), il est à craindre que les banques qui ont octroyé du 2 % fixe à tour de bras sur 10 ans, 15 ans, 20 ans, et qui seront contraintes de se refinancer sur les marchés à 4 ou 5 %, se retrouvent dans une situation assez.. hum.. compliquée…
    Le QE européen ne sert pour l’instant qu’à gonfler des bulles (boursières, immobilières) au détriment de l’économie réelle. Les marchés sont devenus accrocs à cet argent gratuit, mais les événements récents – Chine, chute vertigineuse des cours du pétrole (clôture sous les 30 dollars hier !) et amorce de la hausse des taux américains post-QE3 – sont en train de rappeler les traders et autres investisseurs à la réalité (les bourses chinoises sont en pleine déroute, le CAC a perdu 20 % depuis juillet dernier, les places américaines sont toutes dans le rouge)..
    2016 pourrait bien sonner la fin de la fête : http://www.telegraph.co.uk/finance/economics/12093807/RBS-cries-sell-everything-as-deflationary-crisis-nears.html

  • @Vincent : Voilà plusieurs semaines que vous exprimez des critiques sur notre travail. C’est bien entendu votre droit, et nous avons dans le passé tenté de répondre de manière constructive et candide à vos interpellations. Toutefois nous avons toujours tenu à maintenir dans ce forum un ton respectueux afin que les points de vue de ceux qui s’intéressent à l’immobilier s’expriment librement et contribuent aux débats, souvent d’excellent niveau. Vous affirmiez le mois dernier ici et semble t-il dans d’autres cercles que nous « bidouillons » nos chiffres et écrivez aujourd’hui que nous nous « plantons » comme chaque année. Nous ne partageons pas votre position, ni sur le fond ni sur la forme. Mais si cette tribune existe pour exprimer un éventuel désaccord, nous ne pouvons accepter les jugements de nature insultante, envers nous mêmes ou d’autres participants.
    Nous vous remercions par avance pour votre compréhension.
    Jules de MeilleursAgents

  • julien bonnetouche dit :

    @jules de MA, et Vincent
    On peut comprendre votre agacement devant les critiques de Vincent. Mais qu’est qui vous ennuie le plus : la forme ou le fond ?
    Je m’astreint personnellement à conserver un langage policé, mais c’est un forum ou tous les milieux peuvent se retrouver, et je crois que chacun a le droit de s’exprimer avec les mots et le ton qui traduisent le mieux sa pensée. C’est même ce qui en fait l’intérêt pour plusieurs d’entre nous. Si ce n’était pas le cas il y a longtemps que je serais parti, Parisi, m’en fous aussi, j’en suis certain.
    Si cela ne vous convient pas, il suffit de censurer le forum. Cela se fait. Vous l’avez d’ailleurs déjà fait occasionnellement. Mais bien sûr tout le monde y perdrait. Surtout vous.
    Mais revenons au fond :
    Vincent a un énorme mérite : il soulève un coin du voile, et fait apparaître que votre instrument ( ITI) n’est peut être pas si fiable que ça !
    Vous devriez l’en féliciter.
    D’ailleurs il n’y a rien de surprenant à cela : l’immobilier fait partie de l’économie, et chacun le sait s’il y a bien un domaine ou les experts et autres prévisionnistes se trompent c’est celui là !!
    Aucune formule mathématique aussi pensée soit elle n’a encore réussi à prévoir l’avenir en la matière. Comme le fait remarquer François ci dessus, les éléments les plus imprévisibles ce sont la psychologie et les réactions humaines.
    Avant de subir un discrédit dommageable, Il serait sans doute sage, de replacer vos instruments de prédiction dans la gamme des outils servant à « se faire une idée » de l’évolution possible des marchés un peu comme les outils d’analyse graphique en finance de marché.

  • Remi dit :

    Sujet sensible, les français aiment trop l’illusion de richesse que procure la propriété d’un bien immobilier (en fait une grosse dette).
    Tout les monde est contant et tout le monde espere que ca ne fera que monter comme ca l’a

  • Remi dit :

    fait les 15 dernières années. Mais la fête et finie et beaucoup réalisent avec effroi qu’ils va y avoir des pertes. Alors il y à une sorte de négationnisme économique qui s’empare des quotidiens, de la presse, des propriétaires…. ils disent tous à l’unisson : Achetez maintenant, c’est le meilleur moment.
    Personne ne connait l’avenir et les outils de meilleurs agents peuvent nous donner une idée mais sans plus de précision. En tout cas, fou est celui qui imagine que ca va monter encore comme ca l’a fait jusqu’a présent.

  • Vincent dit :

    @Jules de MeilleursAgents :
    Bonjour Jules,
    Si vous préférez que je reste factuel, voici ce qu’il est ressort de votre bilan :
    – Votre prédiction est bonne sur 5 des 10 villes suivies et fausses sur les 5 autres
    – Votre ITIL ne tient pas ces promesses.
    Concernant l’ITIL :
    – Certaines villes (Montpellier, Bordeaux, Nantes) et départements (92, 94, 77, 78, 91) ont augmenté cette année. Pourtant, durant l’année 2015, ces villes ou département ont eu ITIL compris entre 0.5 (pour la plupart des départements cités) et 1.8 (Nantes).
    – Votre ITIL a été compris entre 0,4 et 1,4 en Ile de France en 2015.
    Quand je regarde l’ITIL de 2011, (meilleursagents.com/iti/), je vois qu’il était 5 acheteurs pour 1 vendeur.
    Je me permets cité une partie du communiqué de presse notaire : http://www.paris.notaires.fr/sites/default/files/communiquesmensuels/communique-de-presse-immobilier-mensuel-2015-10_0.pdf
    « Près de 43 000 logements anciens ont été vendus en Ile-de-France d’août à octobre 2015, soit 29% de plus qu’à la même période en 2014. Le nombre de ventes a progressé de 17% par rapport à la moyenne de ces dix dernières années, et il devient même supérieur de 6% par rapport à la période de forte activité de 1999 à 2007 »
    Ceci soulève certaines interrogations sur ce qu’il mesure (mise à part si les vendeurs sont 5 à 10 fois plus nombreux qu’en 2011).
    En espérant avoir été factuel et moins désagréable, je vous souhaite une bonne journée.

  • G. dit :

    @ Vincent
    Vous avez un discours partial car vous venez d’acheter un bien immobilier. Alors forcément, à présent, vous voulez ABSOLUMENT vous conforter dans votre achat. Qui sait, vous en voulez peut-être même à Meilleurs Agents de ne pas avoir prévu la baisse des taux, de vous avoir « empéché » de faire une plus-value de x % sur Paris en achetant plus tôt …
    Soyons clairs: personne n’a de boule de cristal, chacun est responsable de ce qu’il fait. Meilleurs agents a au moins le mérite d’expliquer leur méthodologie d’estimation, et de ne pas tomber dans la propagande usuelle beaucoup plus simple (c’est toujours le moment d’acheter !!!)
    Votre mauvaise foi n’a d’égale que celle de vos consorts Immoparis, Immoprix et Julien « Mauvaisetouche » : certes les prix ont moins baissé que prévu ces dernières années sur Paris (en province c’est beaucoup plus franc), mais en même temps les coûts d’emprunt ont énormément diminués.
    Conjugués, d’après les chiffres officiels (durée de l’emprunt permettant à un primo-accédant d’acheter le même logement ancien pour le même taux d’effort initial et le même apport) : nous sommes passés de plus de 40 ans d’emprunt nécessaire au sommet de bulle en 2008, à moins de 22 ans actuellement, en CHUTE CONSTANTE ! Et ça continue !
    Se gargarisee de la baisse lente des prix, en oubliant comme par hasard l’immense gain de pouvoir d’achat pour les ménages, c’est tout simplement de la mauvaise foi.

  • Vincent dit :

    Mon chère G.,
    Concernant les prix depuis 2008 :
    http://investir-et-devenir-libre.com/wp-content/uploads/2014/06/Indice-de-prix-immobiliers-Juin-2014-Jacques-Friggit.png
    Depuis 2008, nous sommes complètement flat.
    Maintenant, les prix des zones dynamiques tirant les prix vers le haut, il est bien évident qui si vous cherchez dans un coin perdu, les prix ont diminuer depuis 2008.
    Par ailleurs, contrairement à ce que vous pensez, un jeune qui commence son parcours immobilier n’a aucun intérêt à ce que les prix augmentent. Bien au contraire. L’idéal pour moi serait que l’immobilier soit 50% moins cher dans 10 ans.
    J’aurais fait une mauvaise affaire (et j’aurais mieux fait de rester locataire), mais je serais tout de même gagnant car je pourrais acheter plus grand.
    Ce que je reproche à meilleursagents est :
    – De nous dire que leur bilan est bon alors qu’ils se sont plantés sur 50% de leur prédiction
    – De se servir d’un outil qui ne fonctionnent pas (il y a eu plus de transaction en IDF cette année qu’en 2011 alors que leur ITIL est passé de 5 à 1). Par ailleurs, leur page sur l’ITIL (meilleursagents/itil) n’est même pas mi à jour depuis au moins 6-8 mois.
    En espérant que vous ayez raison dans vos prévisions de crash (puisque c’est au contraire mon intérêt même s’il est pour vous difficile de le croire)

  • Bidule dit :

    @Vincent : ITI pas ITIL. Ca sent la prod informatique 😉

  • Vincent dit :

    @Bidule. Merci pour la correction 😉

  • Remi dit :

    Eh ben il y a de l’animation.
    @Vincent : quand vous nous montrez des graphiques, prenez les dernier, pas une version d’aout 2014 : http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/local/cache-vignettes/L360xH270/prix-immobilier_cle2ccaba-0dc5c.jpg
    Là vous verrez que ce n’est pas « complètement flat ». La courbe noire montre une moyenne française incluant aussi bien Paris/IDF que la Creuse. La vraie évolution des prix parisien est ici : http://www.m2paris.fr/
    Sinon, je nous souhaite à tous que les prix baissent de 50% d’ici 10 ans. Ca serait plus que salutaire pour l’économie.

  • Vincent dit :

    @Remi : Vous avez raison. Je n’avais pas pris les dernières courbes. D’ailleurs Frigitt ne donne pas l’évolution des prix mais l’évolution prix par rapport à …
    Pour être tout à fait exacte :
    IDF : http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=96
    France entière : http://www.bdm.insee.fr/bdm2/affichageS … roupe=1292
    Pour résumer (et en prenant le pic):
    IDF :
    T1 2008 : 105
    T3 2015 : 112
    France entière :
    T1 2008 : 107,6
    T3 2015 : 103
    Soit une diminution de 4.4% en 8 ans sur la France entière. Je pense que vous conviendrez qu’on est quasi flat (ou en légère baisse si on considère que flat c’est vraiment aucune variation) par rapport au pic de 2008?

  • Vincent dit :

    Commentaire e »n attente de modération », je poste donc sans lien (ce n’est pas dur de faire une recherche sur le site de l’INSEE) :
    l’évolution des prix mais l’évolution prix par rapport à …
    Pour être tout à fait exact (et en prenant le pic):
    IDF :
    T1 2008 : 105
    T3 2015 : 112
    France entière :
    T1 2008 : 107,6
    T3 2015 : 103
    Soit une diminution de 4.4% en 8 ans sur la France entière. Je pense que vous conviendrez qu’on est quasi flat (ou en légère baisse si on considère que flat c’est vraiment aucune variation) par rapport au pic de 2008?

  • Vincent dit :

    @Remi : Vous avez raison. Je n’avais pas pris les dernières courbes. D’ailleurs Frigitt ne donne pas l’évolution des prix mais l’évolution prix par rapport à …
    Pour être tout à fait exacte (et en prenant le pic):
    IDF :
    T1 2008 : 105
    T3 2015 : 112
    France entière :
    T1 2008 : 107,6
    T3 2015 : 103
    Soit une diminution de 4.4% en 8 ans sur la France entière. Je pense que vous conviendrez qu’on est quasi flat (ou en légère baisse si on considère que flat c’est vraiment aucune variation) par rapport au pic de 2008?
    P.S. : Mes excuses à MA et à tout le monde pour ce triple poste.

  • ImmoParis dit :

    @G « Votre mauvaise foi n’a d’égale que celle de vos consorts Immoparis, Immoprix et Julien « Mauvaisetouche » : certes les prix ont moins baissé que prévu ces dernières années sur Paris (en province c’est beaucoup plus franc), mais en même temps les coûts d’emprunt ont énormément diminués. »
    Vous annoncez depuis quelques années une baisse énorme et imminente mais elle ne vient pas. Au lieu de dire que vous avez tort (nous ne sommes pas devins et ce ne sont que des prévisions) vous dîtes que c’est du fait de la hausse des taux que les prix n’ont pas dégringolés et que c’est donc nous qui nous trompions. Idem pour 2010 où la hausse ne comptait pas car dûe à la politique de Sarkozy…
    Mais enfin les fluctuations de l’immobilier sont essentiellement dûs à ces facteurs « externes » : choix politique immobilière en France, politique monétaire européenne, … .
    Si je raisonne comme vous alors si les prix avaient dégringolés cette année j’aurais pu dire que ça ne comptait pas car cela était dû à la loi limitant les loyers, que je n’avais pas prévu au moment de mes prévisions et que sans cette loi j’aurais eu raison. Si les taux augmente fortement cette année et que les prix diminue de 20% pourrais-jedire que j’avais raison car sans cette hausse des taux les prix se seraient maintenus ? Absurde !
    Il y a un fait : les prix n’ont pas baissé de 25% à Paris en 5 ans et des prédictions (quelle était la votre?). Certains ont vu juste d’autres non. Point barre!

  • ImmoParis dit :

    En 2017, la droite reviendra aux manettes. Adieu la loi limitant les loyers à Paris et bonjour les aides à l’acquisition. Tenez en compte pour vos futurs pronostiques sur l’évolution des prix de l’immobilier 2017-2022. Vous ne pourrez pas dire que vous n’aviez pas été prévénus.

  • Remi dit :

    Les aides finissent toujours dans la poche du vendeur ou du propriétaire, ca n’encourage que la montée des prix à l’achat ET a la location.
    Le plafonnement des loyers est la meilleur chose qui soit arrivée à Paris depuis 20 ans, pourvu que ca dure longtemps et que l’IRL continue à être négatif. Il faut en finir une bonne fois pour toute avec ce raquette organisé sinon on va finir comme à Londres ou à San-Francisco.

  • Vincent dit :

    @Remi : Attention tout de même. Des loyers imposés n’encouragent pas les bailleurs à faire de la qualité. Beaucoup de propriétaires risquent par exemple d’arbitrer que ça ne sert à rien de faire des travaux d’amélioration car ils trouveront de toute façon un locateur (si les prix sont encadrés à Paris, la demande n’a pas baissé) et que le loyer ne changera pas car imposé.
    Par ailleurs, cela risque de rarifier un peu plus l’offre locative à moyen terme.
    Si le capitalisme de marché (offre/demande) à ces limites, les lois communistes aussi. Cela encourage à la médiocrité. Il y a beaucoup d’exemples historiques. Pas sûr que soit un meilleur modèle à moyen terme.
    Ceci étant, je vous rejoints sur le fait de l’immobilier n’a pas besoin d’être aidé (PTZ ou autre).

  • Remi dit :

    Apres le point Godwin, il faudrait inventer le point Lénine.
    L’encadrement des loyers n’a rien d’une loi communiste. Votre manichéisme politique est grotesque, vous faites partie des gens pour qui il n’y a que le capitalisme et le communiste, rien d’autre n’existe, n’a existé ni n’existera.
    D’ailleurs le terme communiste est très galvaudé sous nos latitudes et employé chaque fois que quelque chose ou que quelqu’un pense différemment de la doxa capitaliste néolibérale. Vous devriez lire des livres d’histoires sur l’union soviétique et le stalinisme, vous repenserez alors à l’encadrement des loyers parisiens qui permet encore de louer un 30m2 à plus 1000€ par mois.
    Les loyers sont encadrés en Allemagne et New York compte le faire. L’Allemagne et les états unis, 2 pays bien connus pour leurs lois « communistes ».
    Il y a une chose essentielle qu’il faut que vous compreniez : L’immobilier cher a des conséquences négatives sur l’économie française. Il accentue les pressions salariales et réduit l’épargne qui bénéficierait aux entreprises. Il renforce les inégalités entre les ménages, en fonction du revenu et de l’âge. Il soutient égalemnt l’étalement urbain en poussant les familles modestes à s’éloigner des centres-villes.

  • Vincent dit :

    @Remi : Vous avez raison que le mot « communiste » était peut être mal choisi. Vous pouvez donc le replacer par le mot qui vous convient.
    Cela ne change pas le fond des arguments. Encadrement des loyers c’est à moyen terme une :
    – Détérioration du parc
    – Raréfaction de l’offre
    Par ailleurs, je suis d’accord avec vous sur le fait que :
    – L’immobilier cher a des conséquences négatives sur l’économie française
    – Il renforce les inégalités entre les ménages, en fonction du revenu et de l’âge
    Mais, ce n’est pas parce que je pense que cela serait bien que l’immobilier baisse fortement que je pense que va fortement baisser.
    Il faut distinguer ce que j’aimerais et ce que je pense.
    Par ailleurs, vous parlez des effets positifs d’un immobilier bas mais vous ne parlez pas des conséquence d’une baisse rapide sur l’économie française. Il ne faut pas voir que la moitié du verre à mon avis.

  • Parisi dit :

    @Remi,
    Il faut faire baisser les loyers et les prix de l immo
    Faire baisser le prix des voitures des montres de vêtements
    Faire baisser le prix de vacances, du pain du champagne…

    Oui bien sûr avec le smic on pourra acheter une grosse berline un appartement avec vue sur la Tour Eiffel et une montre Suisse avec un mécanisme parfait, manger bio tout les jours etc…
    Problème la rareté des biens (surtout immobiler et à paris) fait que tout le monde n en auras pas… C est la loi de l offre et la demande. Donc encadrer loyers ou prix de quoi que ce soit est du communisme. Pour une annonce De studio à louer il y a en général 100 contacts la première journée. Et une 50 aine de visites. L encadrement des loyers n y changera rien, mes proprios continuerons de sélectionner un seul locataire qui a le meilleur dossier. Et l encadrement des loyers ne changera rien a la qualité des dossiers. Donc ne fera pas plus D heureux chez les autres qui n on rien trouvé. Par ailleurs cette loi impacte les moins de 14 mètres carrés.
    En effet D après cette loi un 30 peut se louer meuble 1100 Hors charges. C est dans les pratiques du marché. Par contre une studette de 9m se louera 300 au lieu de 550 avant encadrement des loyers.
    Mais à ce prix je doute que les proprio aient envie de louer. En effet si j avais une chambre à louer à 300 eur, au vu des lois communistes qui protègent les mauvais payeurs je n aurais aucune envie de me faire c.ier pour 300 eur. J en ferai un bureau une annexe de mon appartement une chambre d ami ou mieux AirBnB

  • Remi dit :

    Bravo, vous venez de le détrôner Vincent que je trouve pour le coup modéré.
    Vous êtes à ce forum ce que Donald Trump est à la politique.
    Je n’ai pas envie de me répéter alors relisez les messages du dessus ou lisez des livres d’histoires plutôt que de dires des âneries.
    En plus d’être la caricature du propriétaire parisien avare et cupide qui exploite les étudiants jusqu’au dernier centime, vous mélangez tout et vous ne comprenez rien mais ce n’est pas bien grave car arnaquer son prochain est dans l’air du temps et vous vous fondez dans la masse admirablement.

  • Sam dit :

    @ Rémi : vous voyez bien qu’ImmoParis n’est pas du genre qui changera le monde. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes néoclassique. Si les pauvres ont des Rolex, alors le riche ne sera plus motivé, il aura déjà ce dont il rêve ! C’est bien le désespoir communiste ça, alors que rien de tel qu’une bonne précarité pour soutenir la croissance.
    Bref, j’ai du mal à croire que ça soit du premier degré.
    L’encadrement des loyers ne touche qu’une toute petite part du marché, cela aurait été de l’interventionnisme fort il y a 10 ans, aujourd’hui, c’est tirer sur un mort, l’IRL se retournait déjà tout seul, un peu à cause de l’annonce de Duflot peut-être, mais à cause d’une déflation latente depuis déjà des années, et une rotation locative en baisse. Evidemment, la mesure accompagne et acte ce phénomène,mais bon on s’en sortirait tout de même avec des loyers si élevés (pour le couple revenus/imposition français) et un rapport Loyer/Prix un peu plus propice à la rentabilité (juste un peu)

  • Sam dit :

    Interventionnisme 2/2 : et les PAS ça ne choque personne ?
    https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F22158
    Les taux sont élevés, mais pas de soucis, les APL payent la différence avec un taux en prêt classique pour les revenus modestes (37 000€ en Ile-de-France pour 1 personne, ça c’est modeste, pauvre serait-on tenté de dire).

  • Parisi dit :

    Remi votre aigreur vous fait penser et écrire des sottises. Je n ai que faire des petites surfaces je dis même qu elles vont baisser. Rassurez vous les étudiants parisiens n ont pas besoin de moi pou les loger.
    Plutôt que de faire votre poujadiste/bolcheviks et essayer de changer une société qui ne veut pas changer, changez vous vous mêmes.
    Le peuple de gauche n est pas plus réformateur que le peuple de droite. Aucun n est prêt à faire des sacrifices.
    Touchez aux allocations aux aides à la SECU gratuite aux HLM suis gratuits dans les beaux quartiers et le peuple de gauche déscendra dans la rue.
    Augmentez les impôts et le peuple de droite ira en Suisse, en Belgique, à Londres ou fera du Girardin Industriel pour ne pas payer.
    Alors de grâce ne faite pas la morale, vous ne donnerez pas vos économies à un plus nécessiteux.
    Mais le dirigisme d état n a jamais marché. Des loyers de 1948 à l encadrement des loyers…
    Le monde entier rêve de paris mais il n y a qu un nombre limité de logements.
    Meme en encadrant les loyers il y aura toujours le même nombre d étudiants sans studettes. Et ça risque d empirer car les proprios vont retirer certaines.
    Tout le monde rêve de paris de Bamako à Pékin mais tout le monde ne peut pas habiter paris c est mathématique. L encadrement des loyers qui ne touchera que les très petites surfaces va bénéficier aux gosses de riches qui avaient un dossier béton pour la location de logement à paris et dont le dossier passait avant les autres. Ce n est pas grave il y a la petite couronne.

  • Parisi dit :

    Remi, Sam,
    Je suis cru mais réaliste. ca ne m empêche pas d avoir de la compassion de ne pas approuver les règles de fonctionnement quand j avais 20 ans, mais l idéalisme et les rêves ne devraient pas altérer la lucidité.
    De grâce ne me faite pas croire que Ségolène R ou François M, Manuel V ont plus de générosité et partagent plus leur richesses que Jacques C, Alain J ou Philipe S.
    Ne me faites pas croire que vous partagez votre argent ou êtes prêts à brader votre bien le jour où vous vendrez. Au lieu de juger les autres en feignant de changer le monde afin qu il réponde à votre aspiration de devenir propriétaire, changez votre propre vie je vous assure c est plus facile. Mais c est difficile de se dire qu on a le choix c est plus facile de dire que c est la faute à Parisi, Immoparis ou Julien…
    Quand on est en dessous de la médiane on est pour le partage quand on est au dessus on change d avis… C est normal. La médiane ne bougera pas mais vous pourriez…vous bouger

  • julien bonnetouche dit :

    @Parisi,
    Vous traduisez ma pensée, mieux que je ne l’aurais fait moi même. Cela ne vous étonnera pas.
    Je vais tout de même ajouter mon grain de sel :
    Le handicap majeur de notre pays est justement la conséquence de ce pseudo intellectualisme de gauche qui fait régner la terreur de ne pas se faire réélire, depuis des décennies, dans les partis politiques dits de gouvernement .
    Cela les conduit à prendre des mesures dont tout le monde (eux y compris) sait qu’elles sont mauvaises, mais de les prendre quant même, au nom du sacro-saint égalitarisme social et surtout les petites combines préélectorales.
    La loi Duflot et l’encadrement des loyers en est un exemple emblématique. Vous en avez décrit les effets pervers, mais n’oublions pas que la raison essentielle vient de ce que François Hollande aura besoin des écologistes en 2017 et qu’il ne fallait pas trop se mettre à dos Mme Duflot (2 % des voix) pour cela.
    Cette attitude pour le moins égocentrique de nos politiques en général, s’appuie sur un corps électoral dont le moteur fonctionne à l’envie et la jalousie plutôt qu’à l’effort et à l’imagination pour progresser  et mieux s’en sortir.
    Mais la bêtise est le plus souvent mal récompensée. Et ceux qui ne voient pas plus loin que le bout de leurs chaussures en paieront le prix les premiers .
    Notre monde, et à l’intérieur de ce monde notre pays, est en proie à un déséquilibre croissant, qui menace chaque jour un peu plus de le faire exploser, avec le risque d’un écart accru entre ceux qui s’en sortiront et les autres .
    Un dernier point : même avec un loyer encadré, ( dont on voit vite les limites tant la demande de location est forte à Paris), l’immobilier a de bonnes chances de bien se porter dans les années qui viennent. En effet, si la situation s’aggrave, très bientôt il vaudra bien mieux avoir de la pierre que n’importe quel autre placement, y compris de l’argent liquide en banque.
    Je suis certain que le marché l’anticipe, et nous allons surement le constater dans un avenir proche.

  • Sam dit :

    @Parisi @ JulienBonnetouche : vous êtes décidément trop figés et effroyablement déprimants : vous partez du principe que vouloir autre chose que le libre marché tel qu’il est maintenu – disfonctionnel – ou juste ne pas le promouvoir, c’est être de gauche. Ce qui me semble complètement dépassé (le FN actuel est où alors, pour vous ?)
    Puis, qu’être de gauche, c’est voter pour le PS, ce qui est vraiment risible ou juste destiné à décrédibiliser celui qui émet l’idée que faire autrement pourrait avoir des avantages : ça n’aide pas à grand-chose.
    « Touchez aux allocations aux aides à la SECU gratuite aux HLM suis gratuits dans les beaux quartiers et le peuple de gauche déscendra dans la rue. » Quelle finesse, c’est cru mais réaliste autant que Jean Pierre Pernot ou à l’inverse un tract du NPA.
    Tout le monde profite des aides de l’Etat, ou plutôt tout le monde en jouis, mais l’oublie en pensant que « y’a que les autres qui profitent ». Et les lois permettant la défiscalisation, qu’est-ce d’autre ? Les APL, ce n’est que pour les gens de gauche ?
    « Vous aigris, mois réaliste » : vraiment ?
    Un compteur de dépense sociale personnel : peut être la solution à moins d’aigreur ? Pour ma part, je me plaindrai peut être de mes 10 000€ d’impôts « pour les autres » quand j’aurais remboursé ce qu’à coûte ma naissance, mes soins, mes études, mes APL d’étudiants, mes opérations à venir.
    Ce qui ne veut pas dire par ailleurs que vous avez raison ou tord sur le sujet de l’encadrement.

  • Vincent dit :

    @Julien : Desole de cet appartement qui n’a pas grand rapport avec l’immobilier mais Je trouve que l’appellation « les verts » est vraiment une arnaque.
    L’immobilier est un très bon exemple. Madame Duflot aurait pu en tant que ministre mettre l’accent sur les valeurs écologiques (Aide à la rénovation du parc, promotion des énergies nouvelles,….). Je ne dis pas qu’elle ne l’a pas fait mais ces actions restent à la marge.
    Ces principales mesures ont été surtout dirigées contre les investisseurs. Qui sont surement dans sa tête les « grands méchants pas beau ». C’est une vision court terme. Nous verrons les dégâts à moyen terme. Si toutefois, ca n’est pas changé d’ici là (forte heureusement, on a déjà énormément raboté les mesures Duflot).
    C’est d’ailleurs l’essentiel du programme « des verts » :
    http://www.sondages-election.com/programmes/programme-europe-ecologie-verts.htm
    Prenons juste une idée par thème :
    Emploi : Réduction générale du temps de travail pour favoriser l’emploi (32H). Suppression des exonérations de charges sur les heures supplémentaires.
    Economie : Taxe des profits bancaires.
    Fiscalite : Instauration de deux nouvelles tranches : une imposition de 60 % au-delà de 100 000 euros et de 70 % au-delà de 500 000 euros.
    Immigration : Amnistie pour toutes les condamnations relatives au séjour irrégulier
    Securite : Légalisation de l’usage du cannabis
    Retraite : Financement des retraites par augmentation des cotisants et taxation des intérêts financiers et dividendes
    Et ainsi de suite…
    Alors, je ne vais pas regrouper toutes ces idées sous un terme sinon il va encore il y avoir un bien pensant qui va me dire que le terme est impropre (forcément, ca sera une simplification) et qu’il faut que je retourne à l’école. Ok, appelez ca comme vous voulez…
    J’aimerai bien voter pour un parti écologique car je pense que l’avenir de la planète n’est prise assez au sérieux par les politiques. Mais, quand je vois ces idées, c’est vraiment impossible pour moi de voter pour eux car ca me la façon la plus rapide de ruiner un pays.
    Promouvoir ces idées sous l’étique : « les verts » est pour moi une arnaque

  • Sam dit :

    @JulienBonnetouche : pour votre remarque de fin, en effet, les marchés semblent en voie à de bonnes difficultés, la pierre pourrait se retrouver au devant de la scène (de la Seine même).

  • Remi dit :

    @sam, je suis entièrement d’accord sauf pour le dernier post.
    La pierre ne se retrouve jamais « au devant de la scène » en temps de crise économique.
    Si vous voulez acheter il faut une banque pour vous prêter, sinon vous n’aurez rien, ou moins que ce que vous espéreriez. Une partie de la population (y compris parisienne, car elle n’échappe pas à tout) serait désolvabilisée et dans un tel contexte quelque soit l’actif, cela ne monte jamais.
    Sauf pour M. Parisi qui a pu bien profiter de la bulle immobilière de ces 15 dernières années. D’ailleurs, M Parisi, en regardant cette courbe http://www.m2paris.fr/ dites moi quand vous avez acheté vos appartements… je connais la réponse.
    Les gens de ma génération pensent qu’on s’est fait complètement entuber par nos ainés et c’est vrai. N’as t on pas raison de vouloir avoir les même conditions que vous aviez eu il y a 20 ou 30 ans ? Pourquoi vous auriez pu avoir un appart de 100m2 et moi avoir 30m2 pour le même prix ? Je trouve cela ahurissant que vous ne compreniez pas. Cas particulier, les jeunes qui héritent de 200.000 euros pour leur premier appartement.
    Sinon, pour vous répondre et pour justifier mon aigreur que lis vos bêtises :
    – Non, je ne donne pas « mes économies aux plus nécessiteux » car j’ai déjà du mal à épargner quand 35% de mon salaire part dans ma location.
    – Ne me parlez pas du nombre limité d’appart à Paris, c’est faux. 4.4 Millions de m2 de bureaux vide en IDF dont 250.000m2 à Paris, 100.000m2 de combles habitables inoccupés et 10.000m2 d’appartements vides (source figaro, vous connaissez bien ce journal je pense, figaro, figaro et leParisien). On ne manque pas d’appart à Paris, ce dont on manque c’est des ’appartements à des prix raisonnables.
    – Ne me parlez pas de l’accroissement de la population et donc de la hausse des prix (j’anticipe vos remarques), c’est pas complètement lié. A Tokyo, une des villes les plus dense du monde, les prix ont chuté de 65% en 25 ans, et cela continue (source The Economist).
    – Londres et NYC sont aussi deux grandes villes ou « tous le monde » veut habiter, pourtant à NYC les prix ont chutés de 40% de 2006 à 2012 et de 30% à Londres pour la même période (source JournalDuNet et The Economist). N’imaginez pas que l’exception française est à ce point robuste. C’est arrivé à Paris en 1990 et 1998, une baise de 40% des prix.

  • Vincent dit :

    @Remi : Vous pouvez parler de Parisi qui va dans la caricature. Vous n’êtes pas mieux quand il s’agit de défendre vos intérêts.
    Vous prenez le point le plus bas et supposez que tout le monde a acheté en 1998. 1998 c’est poste crise. Il fallait un certain courage pour acheter alors que ça avait baissé de 40% comme vous dites !
    Ensuite vous prenez ce point de référence et vous en déduisez que vous qui pouvez acheter 30m2 auriez pu acheter 100m2 en 1998 puisque le prix a été multiplié par trois
    Oubliant tout le reste (conditions de crédit, inflation des salaires,..).
    Je suis persuadé que vous lisez Friggit. Quasi toutes les personnes qui utilisent vos arguments l’on déjà lu.
    Ils oublient juste que ce mec évolue dans un monde parallèle où il n’y a ni PTZ (en 2009) ni taux bas (actuellement). Que tout ça c’est du bruit et qu’il n’y a que les « fondamentaux » qui sont pour lui : taux élevé, pas d’aide, situation des 30 glorieuses (1965).
    Voilà pour pourquoi ça fait bien 10 ans qu’il nous annonce un énorme crash imminent de 30-40% qui ne vient jamais.
    Je vais donc me permettre de vous citer un paragraphe de son étude de décembre 2015 :
    http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/decembre-2015-a2091.html
    Je cite :
    « Du point de vue d’un accédant à la propriété cela ne suffit pas à compenser le niveau élevé du prix des logements : le pouvoir d’achat immobilier est inférieur de 21% à ce qu’il était en 1965 ou 2000 (graphique 3.2.) et, pour acheter le même logement « toutes choses égales par ailleurs », un primo-accédant doit s’endetter sur 21 ans, contre 15 ans en 1965 ou 2000 (graphique 3.4.). Néanmoins, cette durée d’emprunt standard permettant en moyenne d’acheter le même logement qu’en 2000 peut être accordée par les prêteurs, ce qui n’était plus le cas depuis le début des années 2000. »
    Donc, si je traduis simplement. En prenant un crédit sur 21 ans, on peut avoir le MEME bien qu’en 2000 pour quelqu’un qui avait pris un crédit sur 15 ans (vu les taux élevés de l’époque, il n’était pas très intéressant de faire plus).
    Il faut évidemment relativiser si on prend Paris car les prix ont augmentés d’avantage qu’ailleurs.
    Mais vous êtes totalement à côté de la plaque si vous pensez que quelqu’un comme vous (240k€, c’est un cadre moyen célibataire qui gagne 2k5-3k€ avec un peu de cash ou bien un couple de pauvre. Le salaire médian à Paris étant de 2k€) pouvez acheter un 100m2 dans un quartier moyen de Paris en 1998.
    Paris a toujours était chère, même en 1998.

  • Remi dit :

    « Il fallait un certain courage pour acheter alors que ça avait baissé de 40% comme vous dites ! »
    Erreur, argument fallacieux, c’est EXACTEMENT l’inverse, c’est plus difficile et plus risqué d’acheter après 15 ans de hausse. C’est ce qu’on appel le risque de marché.
    « Ensuite vous prenez ce point de référence et vous en déduisez que vous qui pouvez acheter 30m2 auriez pu acheter 100m2 en 1998 puisque le prix a été multiplié par trois Oubliant tout le reste (conditions de crédit, inflation des salaires,..). »
    Erreur par négligence, vous auriez pu jeter un oeil. Les courbes des Friggit et celles de The Econimist sont déflatées et relatives au revenu des ménages. Elles prennent donc en compte l’inflation et les salaires. La courbe qui est interessante chez Friggit, c’est « indicateur du pouvoir d’achat immobilier ». Les aides, ptz, apl sont absorbées par les vendeurs ou les bailleurs, donc complètement négligeable. Source leMonde : http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/11/14/quand-les-aides-au-logement-poussent-les-prix-des-loyers-a-la-hausse_4523524_3234.html
    Quant à au passage que vous citez de Friggit, vous prenez donc bien acte que cela coûte 6 ans de plus pour acquérir le même bien en France et donc bien plus à Paris. 21 ans au lieux de 15 c’est à dire 30% de plus. Si vous trouvez que c’est satisfaisant, tant mieux pour vous.
    Votre dernière assertion est encore fausse…. mais je suis las de corriger vos erreurs. Allez voir les simulateurs de crédit de meilleurstaux.com en reprenant les données de l’époque.
    Au passage pour ce que vous nommez « bruit » outre ce que vous écrivez. Friggit ne fait pas de prédictions, son travail est factuel et les chiffres sont corroborés par les rapports des notaires. Un peu de respect pour les spécialistes et ceux qui connaissent leur sujet, fussent ils de la fonction publique que vous exécrez.
    Il n’y a de l’idéologie que là ou vous en mettez.

  • Vincent dit :

    Ce que j’observe en premier lieu c’est que vous n’avez pas été capable de répondre au poste en entier (qui n’était pourtant pas très long).
    Je sais parfaitement ce que j’ai marqué, il était donc inutile de répondre phrase par phrase.
    En déduire le sens global et y répondre auraient eu plus de sens.
    —————
    L’axe central était que vous n’auriez pas pu vous acheter un 100m2 en 1998 comme vous le prétendez. Et vous n’y avez même pas répondu !!!
    —————
    Puisque vous voulez répondre phrase par phrase, soit. Allons-y :
    « Il fallait un certain courage pour acheter alors que ça avait baissé de 40% comme vous dites ! »
    Erreur, argument fallacieux, c’est EXACTEMENT l’inverse, c’est plus difficile et plus risqué d’acheter après 15 ans de hausse. C’est ce qu’on appelle le risque de marché.
    =>En 1997, l’immobilier dévisser complétement. Il était extrêmement difficile d’anticiper un tel retournement. Ainsi, ceux qui achetaient en 1998 prenez un risque et était certainement moquer par les gens comme vous.
    « Ensuite vous prenez ce point de référence et vous en déduisez que vous qui pouvez acheter 30m2 auriez pu acheter 100m2 en 1998 puisque le prix a été multiplié par trois Oubliant tout le reste (conditions de crédit, inflation des salaires,..). »
    Erreur par négligence, vous auriez pu jeter un oeil. Les courbes des Friggit et celles de The Econimist sont déflatées et relatives au revenu des ménages. [blablabla] négligeable. Source leMonde
    => Vous n’avez décidément rien compris. Je ne parlais pas de Friggit mais de vous. Je vous cite :
    « Pourquoi vous auriez pu avoir un appart de 100m2 et moi avoir 30m2 pour le même prix. »
    Les prix ont fait fois 3, c’est ce qui vous amène à considérer que vous auriez pu acheter 100m2 en 1998. Friggit est effectivement un peu plus réfléchi que vous et n’arrive pas au même conclusion.
    Quant à au passage que vous citez de Friggit, vous prenez donc bien acte que cela coûte 6 ans de plus pour acquérir le même bien en France et donc bien plus à Paris. 21 ans au lieux de 15 c’est à dire 30% de plus. Si vous trouvez que c’est satisfaisant, tant mieux pour vous.
    => Achetez-vous des lunettes. Je vous remets la partie du passage cité précédemment à ce sujet :
    « le pouvoir d’achat immobilier est inférieur de 21% à ce qu’il était en 1965 ou 2000 »
    J’anticipe tout de même votre mauvaise foi. 21 ans ce n’est pas 30% de plus que 15 ans.
    Votre dernière assertion est encore fausse…. mais je suis las de corriger vos erreurs. Allez voir les simulateurs de crédit de meilleurstaux.com en reprenant les données de l’époque.
    => L’apologie du pédant. Merci de m’avoir accordé votre temps précieux pour me répondre jusque-là.
    Je ne fais que résumer ce que dit Friggit. A savoir qu’un acheteur qui prend un crédit sur 21 ans peut acheter le même bien qu’un acheteur en 2000 qui emprunter sur 15 ans.
    Au passage pour ce que vous nommez « bruit » outre ce que vous écrivez. Friggit ne fait pas de prédictions, son travail est factuel et les chiffres sont corroborés par les rapports des notaires. Un peu de respect pour les spécialistes et ceux qui connaissent leur sujet, fussent ils de la fonction publique que vous exécrez.
    => Je crois que c’est le passage que je préfère. Non seulement, je n’ai jamais été fonctionnaire mais en plus vous me dites que Friggit ne fait jamais de pronostique.
    C’est donc que vous ne lisez pas ces études jusqu’au bout car il en fait régulièrement…Il y a d’ailleurs 6 scénarios qui sont envisagés. Il en écarte toujours 4 pour en finir seulement avec 2.
    Voici un exemple : http://www.cgedd.fr/prix-immobilier-presentation.pdf
    Vous trouverez ces conclusions à partir de la page 217.
    Les deux scénarios retenus sont les suivants :
    A (rapide) = baisse de 35 à 40% en 5 à 8 ans
    B (lent)= constance en monnaie nominale pendant 15 à 20 ans (« scénario japonais »)
    Cela fait une dizaine d’année qu’il met en avant le scénario A qui jusqu’à preuve du contraire ne s’est jamais réalisé.
    Pour conclure, je dirais que pour jouer le pédant (ce qui ne vous d’ailleurs pas du tout sympathique) avec faut à minima ne pas raconter n’importe quoi.

  • Vincent dit :

    J’ajouterais également qu’il faut savoir.
    Sur votre premier poste, ceux qui peuvent acheter 30m2 aujourd’hui pouvaient acheter 100m2 en 1998.
    Sur votre deuxième poste, vous me parlez de 30% de pouvoir d’achat en mois (soit la possibilité d’acheter ~40m2).
    Parce que ce n’est pas tout à fait pareil.

  • julien bonnetouche dit :

    @Remi,
    Il y a beaucoup plus simple que tout en ce qui vous concerne :
    Vous êtes jeune je le suppose, et vous voulez un appartement à Paris. Voyez grand !
    Dites vous : je veux un bel appartement de 200m2 dans un bon quartier. Cela coûte environ 2millions € aujourd’hui.
    la réponse est simple : que dois je faire pour y parvenir d’ici 10ans ou 20ans selon vos objectifs de vie .
    Qu’importe le prix des choses !!A partir de là vous vous creusez la cervelle afin de trouver ce qui vous correspond le mieux comme job, et vous donne les revenus suffisants pour envisager cet objectif.
    Si vous ne trouvez rien, vous révisez vos ambitions à la baisse jusqu’à ce qu’ils concordent avec vos capacités.
    Ce qu’il y a de bien dans notre société socialiste voyez vous, c’est que vous avez le droit de devenir riche si vous le voulez.

  • julien bonnetouche dit :

    @sam,
    la grande différence entre les penseurs libéraux et les penseurs de gauche, est que les premiers croient que la force de la loi du marché finit toujours par l’emporter, alors que les second pensent que la régulation par la loi est capable d’endiguer la volonté des hommes.
    Jusques là en France on tente de restreindre la capacité à l’enrichissement individuel au prix d’un impôt presque confiscatoire et d’une redistribution (que vous louez), mais qui rend une majeure partie de la population dépendante des aides d’État. C’est d’ailleurs volontaire de la part les hommes de l’État pour des raisons électoralistes. ( je te donne et tu votes pour moi !!)
    Mais voilà tout excès est dangereux, et cela nous amène à une situation de quasi-faillite, puisque les véritables moteurs de la richesse nationale que sont les entreprises sont en train de péricliter ou de s’expatrier .
    Alors bien entendu cela peut durer encore quelque temps comme le communisme de l’URSS qui à bien tenu 70ans.
    Mais dites vous bien qu’une situation déséquilibrée ne peut être éternelle. Et la réforme vers plus de liberté viendra d’une manière où d’une autre.
    Au fait, le FN n’a rien d’un parti de droite. C’est plutôt la gauche de la gauche avec un programme économique digne du parti communiste des années 70 !!

  • Sam dit :

    @Julien Bonnetouche : on est plutôt à une accumulation de cadeaux électoraux anarchiques successif sans cohérence d’ensemble, parfois libéraux, parfois régulateurs.
    Et personne n’est content.
    D’ailleurs, pour ce que vous proposez à Rémi : impossible pour votre 200m², devenir riche aussi vite (50 ans) n’est plus possible par excès de marché (prix) et de régulation (impôts, niches fiscales – car c’est aussi de l’interventionnisme et de la régulation), autant que de gel des salaires dans le privé comme dans le public !

  • Sam dit :

    @Rémi : pour la « pierre refuge », c’est à la fois vrai et faux, ça dépend à priori des scénarios (qui fait faillite, dans quelle proportion, quelle rapidité et quelles autres opportunités.
    On a à la fois la guerre du Golfe qui déclenche une chute des prix et une bulle internet qui crée une hausse longue, alors qu’on a potentiellement les deux en vue sur le tableau des risques 2016.
    Et puis on parle on parle, mais une faillite à haute ampleur est aussi probable qu’une arrivée de l’hyperinflation, ou un statu quo lent et douloureux, et personne ne sait rien et le dit à longueur de temps depuis 10 ans, alors bon, faite ce qui vous semble assez réfléchi pour être sans regret, tout en cherchant le plus de portes de sortie !

  • julien bonnetouche dit :

    @ Sam,
    pas d’accord, je suis certain que l’on peut s’enrichir à toutes époques et quelles que soient les conditions. Évidemment, il ne faut pas rester les deux pieds dans le même sabot, et envisager une carrière classique ou traditionnelle.
    Il faut avoir du savoir faire, être imaginatif, mobile, courageux polyglotte, et comprendre que le monde restreint à l’hexagone c’est terminé.

  • Sam dit :

    Pardon oui : je me restreignais au scénario : en vivant à Paris. On ne peut pas tout avoir, ou alors pas en même temps !

  • Remi dit :

    @vincent : je me marre en lisant vos posts car je pense que vous ne savez pas lire. Bon, je vous ignore parce que vous êtes fatigant.
    @julien : je ne veux pas 200m2, je ne pourrais même pas le meubler. Pourquoi toujours tourner en dérision ce qu’on dit. 45m2 dans un quartier convenable c’est tout. Certain diront que 45 m2 c’est tres grand et que cela vaut bien les 430.000€ que le vendeur exige. La loi du marché, le bullshit etc…
    Quand vous dites que l’on peut s’enrichir à toutes les époques, je suis dubitatif.
    – Du point de vue du trader de la city c’est vrais, c’est très simple. 5 ans de spéculation à la hausse, puis 2016, c’est l’heure de shorter le dow-jones et le cac40. Personne ne se fait prendre pour délit d’initié, la vie est belle, impeccable. Ont peut s’enrichir sur la faillite des états et des sociétés, c’est tout à fait légal et admis par le peuple. En cas de faillite c’est l’état qui rembourse.
    – Sinon du point de vue de la grande majorité (la classe moyenne et « inférieures ») vous m’expliquerez comment ils pouvaient s’enrichir en 2008.

  • Vincent dit :

    @Remi : Merci! Vos remarques hautaines m’étaient également désagréables. S’ignorer mutuellement est sans nul doute la meilleure solution.
    Continuer donc de penser que vous auriez pu, avec votre salaire de cadre moyen, acheter seul un 100m2 à Paris en 1998. Cela m’est bien égale.

  • julien bonnetouche dit :

    @ Remi,
    Naturellement je suis un peu provocateur. Pas méchant , mais très réaliste.
    je sais bien que tout le monde n’a pas le génie de l’argent. je pense malgré tout que l’éducation telle qu’elle nous est donnée dans notre pays nous handicape sur ce point, et que certains français « bien briffés » pourraient s’en sortir bien mieux qu’ils ne le font.
    Je veux dire simplement, que les limites de chacun sont d’abord celles qu’il se donne. Et qu’il ne sert à rien de discutailler sur l’état de la société, du prix du m2, et de croire que tout cela pourrait être différent dans un monde plus juste.
    les choses sont ce qu’elles sont. Elles changeront, ou pas, (ce qui est le plus vraisemblable) et nous n’en sommes pas maîtres.
    Par contre la seule variable sur laquelle nous pouvons réellement agir c’est notre vie .
    Nous pouvons orienter notre destin, et nous seuls pouvons le faire.

  • Parisi dit :

    @a tous les altermondialistes et colbertistes,
    C est simple dans certaines zones l offre est limitée la demande est superieure.
    Donc si on mettait en vente un 140 m2 dans le 7eme à la vente a 500,000 EUR ou si tous les appartements du 7eme se vendaient à ce prix, et bien certains heureux l achèteraient et D autres ayant néanmoins les moyens ne pourraient pas faute de manque D offre. Donc ça ne résoudra pas le problème du logement. Il reste le 19 mais personne n en veut et la grande couronne mais les gens veulent être à paris. Cela S applique aux loyers encadrés.
    La loi de l offre et de la demande (telle que décrite pas Walrass) est la plus juste car ouverte. En effet regardez le phénomène HLM:
    Dans le 7eme, 16eme, 8e et même le centre de paris il y a des HLM de 4 chambres à loyer encadrés plus bas que l encadrement des loyers. Mais connaissez vous beaucoup de gens qui en bénéficient ?
    Connaissez vous les règles D attribution? Personne n à jamais trouvé injuste les règles D attributions opaques de HLM dans les quartiers de luxe? Vous pouvez attendre 20 ans avant de l avoir (si vous l avez un jour). Le problème ne réside pas dans le prix mais la concurrence pour obtenir le logement de ses rêves. Le prix n est que le facteur le plus transparent de différenciation. Si le prix et encadré (dans le genre HLM ou autre) il y aura D autres freins à l acquisition de logement à prix bas (que ce soit vente ou location): pistons, passe-droits, dessous de table…
    Au moins le mécanisme walarassien de l offre est demande est transparent ouvert fluide.
    Ce n est pas un probleme de prix cher mais un probleme de compétition pour la ressource rare. En URSS les prix étaient bas mais la denrée restait rare et les oligarques mieux servis. En RDA aussi et je pense que depuis la réunification les allemands de l est vivent mieux.
    N en voulez pas aux propriétaires qui vendent cher (vous TOUS la même chose) à la rigueur vous devriez en vouloir à tous ce qui veulent la même chose que vous ils sont en compétition avec vous. Certes vous pouvez essayer de dissuader les autres D acheter pour faire baisser la demande et les prix, en postant des messages alarmants sur ce forum mais la france compte 65 millions D habitants ce forum est lu par 200 personnes max. Je vous laisse faire le calcul.
    Que reste t il? Essayer de faire mieux que la moyenne, certes tout le monde n y arrivera pas, mais depuis toujours et de plus en plus nous sommes dans un monde où il va falloir se disputer les ressources limitées.

  • Parisi dit :

    (Lire vous feriez TOUS la même chose)

  • Parisi dit :

    certains (comme Julien) ont l honnêteté de le dire D autres (à commencer par certains politiques bien pensants) vous endormirons avec des discours angelistes, égalitaires dont le but est de ne pas éveiller un esprit de compétition positive (soit pour éviter que le peuple gronde où se sente dépassé soit pour garder la majorité hors compétition). C est plus facile de se partager les ressources dans un style « entre-soi » avec un nombre limité de personne qu avec un nombre élargit.
    Le libéralisme est ce qu il est, mais la France, l Angleterre, l Allemagne, es États Unis font plus rêver que L URSS des années 80, la Corée du Nord, Cuba ou le bloc de l est.
    Regardez les flux migratoires légaux ou illégaux ils vont vers les pays liberaux et riches. Je ne connais aucun pays non libéral et riche.
    Certains parlerons de loyers allemands faible: la seule raison c est beaucoup D offre donc des prix de vente plus faible et donc de location plus faible.
    Baissez les loyers en france et personne ne construira avec le prix du foncier actuel. Augmentez l offre et tout ira bien. Mais en limitant les prix vous faites baisser l offre et entretenez la pénurie.

  • Remi dit :

    « Certains parlerons de loyers allemands faible: la seule raison c est beaucoup D offre donc des prix de vente plus faible et donc de location plus faible. »
    Archi faux, mais c’est dur de vous faire entendre raison.
    Si les loyers sont plus faibles c’est que l’état allemand régule très fortement les loyers depuis des décennies. Il y a des lois anti-spéculation et ils peuvent même transmettre leur bail à leurs descendants. Les source : http://base.d-p-h.info/fr/fiches/dph/fiche-dph-7683.html et http://www.latribune.fr/vos-finances/immobilier/pourquoi-l-immobilier-en-l-allemagne-est-moins-cher-486584.html
    Par ailleurs, il est très mal vu par un propriétaire allemand de proposer un appartement plus cher que son voisin, ce n’est pas dans leur mentalité.
    Pitié arrêtez de faire de la désinformation.
    En France il à y a 2.6 millions de logements vide, c’est donc pas une question de pénurie. Quant à Paris, si il y avait un manque d’offre les loyers seraient bien plus onéreux et auraient suivi la courbe du prix de l’achat. Multiplié par 3.5 en 10 ans pour l’achat alors qu’ils n’ont fait « que » x2 pour la location, ce qui fait de Paris la ville où le rendement locatif est le plus faible de France.

  • Remi dit :

    « Regardez les flux migratoires légaux ou illégaux ils vont vers les pays liberaux et riches. Je ne connais aucun pays non libéral et riche. »
    Liberal n’est pas significatif de riche, sinon le Chili de Pinochet aurait été le pays le plus riche du monde.
    A votre avis, quel pays non libéral (et donc « pauvre » pour vous) à réalisé ceci :
    – Le premier satellite artificiel,
    – Le premier homme dans l’espace,
    – La première sonde sur la lune,
    – La plus grosse bombe nucléaire (c’est pas vraiment une fierté mais une prouesse) ?
    C’est un pays que vous connaissez bien puisque vous le citez à chacun de vos posts.

  • parisi dit :

    @Remi
    Je ne dirais pas (comme vous l auriez dit vous même) que vous dites des anneries.
    Vous parlez du Chili? Parlons en:
    https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89conomie_du_Chili
    Extrait de wikipedia
    « L’économie du Chili est considérée en 2010 comme une des plus stables économiquement en Amérique latine2. Avec un passé économique désastreux, le pays est devenu de nos jours un « modèle » dans la région. C’est d’ailleurs pour cette raison que des commentateurs l’appellent le « jaguar » de l’Amérique du Sud. Au cours des vingt-quatre dernières années, la croissance annuelle moyenne du PIB chilien a été de 5,2 %, et même de 8,3 % entre 1990 et 1997. Le modèle économique chilien est celui du libéralisme, système mis en place par le général Pinochet (durant la dictature) avec l’aide des Chicago Boys. Avec ce nouveau modèle, le pays a connu de nombreuses réformes, comme la privatisation des entreprises d’État, notamment dans les secteurs du cuivre, de l’aviation et de l’éducation… »
    -L’URSS (je connais la Russie pour l avoir visitee)
    Ce que vous dites est très vrai, mais 1990 a siffle la fin de la recréation, toutes ces avancées technologiques et militaires ont besoin d argent…et l economie dirigee est tombee

  • parisi dit :

    @Remi
    Je ne dirais pas (comme vous avez coutume de le dire) que vous dites des âneries mais je ne suis pas d accord avec vos exemples.
    Vous parlez du Chili? Parlons en:
    https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89conomie_du_Chili
    Extrait de wikipedia
    « L’économie du Chili est considérée en 2010 comme une des plus stables économiquement en Amérique latine2. Avec un passé économique désastreux, le pays est devenu de nos jours un « modèle » dans la région. C’est d’ailleurs pour cette raison que des commentateurs l’appellent le « jaguar » de l’Amérique du Sud. Au cours des vingt-quatre dernières années, la croissance annuelle moyenne du PIB chilien a été de 5,2 %, et même de 8,3 % entre 1990 et 1997. Le modèle économique chilien est celui du libéralisme, système mis en place par le général Pinochet (durant la dictature) avec l’aide des Chicago Boys. Avec ce nouveau modèle, le pays a connu de nombreuses réformes, comme la privatisation des entreprises d’État, notamment dans les secteurs du cuivre, de l’aviation et de l’éducation… »
    -L’URSS (je connais la Russie pour l avoir visitée)
    Ce que vous dites est très vrai, mais 1990 a siffle la fin de la recréation, toutes ces avancées technologiques et militaires ont besoin d argent…et l économie dirigée est tombée. Ne leur parlez plus de Communisme…Ils n aiment pas trop.

  • Remi dit :

    C’est pour cela que je n »ai PAS parlé du Chili d’aujourd’hui mais du Chili de Pinochet 1973-1990.
    D’ailleurs dans le tableau des statistiques de wikipédia, aucune donnée n’est antérieure à 1990, comme par hasard.
    L’article de wiki est très partial je trouve, surtout l’extrait que vous citez. Je ne pense pas que l’on puisse parler de « l’aide » des Chicago boys. Il faut aller sur une autre page qui parle du coup d’état du 11 septembre pour avoir un autre son de cloche.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Coup_d%27%C3%89tat_du_11_septembre_1973_au_Chili
    « Les Chicago Boys privatisent toutes les institutions. Le taux d’inflation et les importations diminuent. Mais la solution ne dure pas : en 1980 le PIB chute de 14 % et le taux de chômage monte à 35 %. En 1982, l’endettement du pays s’était multiplié par six depuis dix ans, le tiers de la population active était maintenant au chômage et le revenu national est plus bas que celui de 19662. »
    Je ne sais pas si la Russie de Poutine est pas plus enviable à la Russie de Gorbachev. La corruption, l’injustice et la misère est autant présente que sous l’aire soviétique.

  • parisi dit :

    Regardez les donneees du PIB Chilien:
    https://www.google.ae/webhp?sourceid=chrome-instant&ion=1&espv=2&ie=UTF-8#q=pib%20chili
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pr%C3%A9sidents_du_Chili (liste des presidents Chiliens)
    A partir de 1985 il remonte tres vite
    A partir de 2002 il explose a la hausse (Gouvernement Liberal de Ricardo Lagos qui arrive au pouvoir en 2000)
    Certes les socialistes arriveront au pouvoir de 2006 a 2010 puis depuis 2014, mais la croissance Tres rapide du PIB et l explosion a la hausse ont demarre avant les socialistes, en 1985 et on sait que les reformes d un pays prennent plusieurs annees avant de porter leur fruit. Donc les fondamentaux datent de la fin des annees 1970. Mais reconnaissez d apres la courbe que la prosperite du pays s a demarre grace aux politiques de la fin des annees 1970 jusqu en 2006. Le reste n est que le maintient de la meme courbe. Et regardez comment le chili a surpace Equateur et Perou (tjs la courbe)
    Mes arguments sont documentes.

  • Sam dit :

    Un raisonnement binaire c’est toujours extrêmement limité. Pourquoi toujours dire que si l’immobilier ne monte pas, alors il doit s’effondrer de 40%, que si on est pas dans un système libéral, alors c’est le communisme, et que si on est pas individualiste compétitif, alors on est angéliste bien-pensant ?
    C’est drôle, c’est ce que les états-unis ont forcé à penser pendant 60 ans idéologiquement, de même que le bipartisme à notre niveau national. Faut croire que ça continue à marcher !
    Et n’ayez crainte, personne ne nous lis !
    Bientôt le prochain plat baromètre.

  • julien bonnetouche dit :

    C’est quand même extraordinaire que l’on trouve encore aujourd’hui en France des « Remi » pour faire l’éloge de la Russie communiste !!
    Mais Le pire c’est qu’il y en a plein !! probablement au moins 20 à 30% des votants. Leur aveuglement idéologique les feraient voter pour un âne volant s’il se présentait, pourvu qu’il porte une banderole « je suis de gauche » !!
    Rémi, vous savez ce qui a le plus frappé les visiteurs occidentaux du kremlin juste après la chute du communisme ? c’est que sur les bureaux des principaux responsables se trouvaient une dizaine de téléphone !! parce que le retard technologique était tel qu’il étaient incapables de réunir en un seul combiné plusieurs lignes différentes. De même quand ils ont visité les vaisseaux spatiaux russes (qui fonctionnaient effectivement) le matériel avait en gros 20 ans de retard.
    Oui tout cela a donné un temps l’illusion erronée que l URSS était en avance sur les américains, et ne l’oublions pas au prix d’une ponction démesurée du budget militaire sur l’économie du pays !!

  • Bidule dit :

    Il me semble que ces questions politiques sont assez vides de sens. Les prix grimpent car l’argent mobilisé pour acheter augmente. Demandez-vous d’où il vient, la structure du marché n’a pas tant changé en 15 ans :
    – Les aides ne sont pas d’un montant tel qu’elles justifient les prix parisiens ;
    – Les salaires, même ceux des plus aisés, n’ont pas augmenté en ligne avec l’immobilier ;
    – Les volumes parisiens (population, logements) n’ont que peu évolué depuis le dernier point bas ;
    – La demande étrangère est négligeable en volume (concentrée sur des biens d’exception).
    Il y a certainement la conjonction de plusieurs facteurs, mais les facilités de crédit arrivent de loin en tête des causes. A mensualité égale (et donc salaire égal) le montant emprunté augmente de 80% en comparant un taux à 6% sur 15 ans (année 2000) et un taux à 2,5% sur 25 ans.
    Pourquoi les banques se sont elles mises à prêter à taux bas et longue durée ? Parce qu’à partir du moment ou c’était possible, c’était le meilleur moyen de capter des clients. Et pourquoi ce fut possible ? Par décision des banques centrales, pour injecter massivement de l’argent dans l’économie suite à l’éclatement de la bulle internet.
    On a dopé l’économie au crédit immobilier. Ce phénomène n’est pas français. Il n’est pas spécifique à notre mentalité, nos institutions, notre marché. Le même gonflement des prix a eu lieu et est encore à l’œuvre aux US, UK, Suède, Australie, Canada, Chine…
    L’avenir dira si c’est durable, mais aucune autorité n’a exprimé de volonté de changer de paradigme.

  • Vincent dit :

    @Bidule : Poste très sensé, comme d’habitude. Si les prix ont augmenté d’autant ce n’est pas juste de la spéculation…
    Je rajouterais que quand on empruntait sur 15 ans à 6%, c’était inutile d’emprunter sur 20 ans (cela ne changeait pas grand-chose).
    Il y a les taux mais aussi l’allongement. Les taux sur 20 ans, c’est assez commun aujourd’hui.
    Après, il y a évidemment d’autres facteurs. Notamment, la concentration de la population vers certaines zones.
    Aller, on attend le baromètre dans quelque jours avec une augmentation du 75 et 92 malgré le T1 (trimestre le plus mauvais de l’année). Histoire d’énervé un peu plus G. et consorts…

  • Remi dit :

    « C’est quand même extraordinaire que l’on trouve encore aujourd’hui en France des « Remi » pour faire l’éloge de la Russie communiste !!
    Mais Le pire c’est qu’il y en a plein !! probablement au moins 20 à 30% des votants.  »
    Cette phrase, il faut la sortir quand même… punaise c’est fort. Même moi j’aurais pas osé. Vite, Balkany sort de ce corps !
    20 à 30% de communiste en France, mais biensur, encore un chiffre sorti du chapeau magique ! En france, on est plus proche de 20% d’extrême droite mais c’est un détail qui à du vous échapper.
    Je n’admire pas plus l’urss que le capitalisme sauvage monsieur BonneTouche. Pour moi il n’y a pas que 2 système et aucune alternative comme le disait jadis Thatcher. Mais vous ne comprenez que ce qui vous fait plaisir, alors j’insiste plus, je suis un Trosko-Marxo-Cummunisto-Bolchevik si ca vous chante.
    Je note que vous n’avez pas remarqué qu’il y en a un ici fait l’éloge de la dictature Chilienne de Pinochet a travers les soit disant « fondamentaux des années 70 », probablement parce que c’est système plus proche de votre idéologie, chacun son truc.

  • julien bonnetouche dit :

    @ Remi,
    Comme je vois que vous acceptez la discussion de bon cœur, je vais essayer d ‘éclairer un peu mes propos précédents.
    Des dictatures de gauche et de droite, il y en a eu et il y en a encore quelques unes dans le monde hélas.
    Mais ce qui nous intéresse ici (parisi, immoparis et moi) c’est la politique économique qui est menée, et puis son influence sur l’immobilier. Le reste c’est un autre débat.
    Vous êtes vous donné la peine le lire le programme économique du FN ? Non évidemment, et si vous le faites vous vous rendrez compte ( du moins je l’espère pour vous) qu’ il est fortement inspiré du programme communiste de l’époque de Georges Marchais. A ce titre d’ailleurs, il va peut être vous plaire !!
    Quand on sait que l’instigateur en est M. Philippot qui lui même vient du CERES de JP Chevennement on comprend mieux.
    En fait ce programme est proposé aux français afin de récupérer les voix qui se portaient autrefois sur le parti communiste.
    Et ça marche !! Comme quoi extrême gauche et extrême droite peuvent très bien se retrouver sur quelques positions communes, ce qui finalement n’a rien de surprenant. Les extrêmes se rejoignent souvent. Dans le cas présent on trouve en plus la notion de souverainisme également commune.
    Ce qui fait que globalement on atteint facilement les 20 à 30 % de la population qui, pour dire les choses d’une manière feutrée, n’ont pas un sens critique très poussé.

  • Remi dit :

    Non « évidement » je n’ai pas lu le programme du FN, la belle affaire, j’ai autre chose à faire, surtout quand le sujet ne m’intéresse pas. Si vous l’avez lu, je vous en féli….
    Vous avez raison. Le discours FN et Communiste (si il y en a encore en france, disons NPA) se rejoignent sur l’économie et c’est relativement nouveau. C’est arrivé avec Marine, le père était beaucoup plus libéral ; Marine ratisse large.

  • christine b dit :

    Je suis aujourd’hui propriétaire d’une maison en Yvelines que j’ai achetée à prix fort en 2011 et qui s’est décotée. Senior, parent isolée de 2 étudiants auxquels je veux donner toutes leurs chances de déployer leurs ailes, je suis pour l’instant au chômage et donc sans capacité d’intéresser les banques pour un crédit immobilier…
    Pour sortir vers le haut, J’envisage sans état d’âme de vendre ma maison, et navigue à vue entre le forcing (intéressé) de quelques agents immobiliers et les nombreux sites d’information immobiliers souvent lobbystes et court termistes.
    J’ai lu cet intéressant blog jusqu’au bout (et oui !), et ai fait abstraction de vos joutes idéologiques et de vos emportements. Merci pour la sincérité et le fond de tous vos échanges, qui m’ont permis de prendre du recul, grâce à une mise en perspective du marché et de ses tendances. Je reprends confiance pour trouver ma « ligne de conduite » et me profiler pour saisir les opportunités immobilières qui se présenteront (surfaces plus petites, secteur moins côté etc…). Comme je l’ai toujours fait (à + 50 ans), j’entends rester acteur de ma dynamique de vie, quelles qu’en soient les aléas et les succès. Pas de misérabilisme, ni d’assistanat longue durée, car j’ai finalement constaté que ce sont les mesures incitatives correctement encadrées, plutôt libérales, qui libèrent les énergies individuelles et collectives et tirent tout un pays vers le haut.

  • Parisi dit :

    Merci pour ce post Christine! Je viens de le lire
    Bonne chance !

Vous souhaitez laisser un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *