Fermer

Baromètre national des prix de l’immobilier au 1er juin 2017 – Marché immobilier : Paris au plus haut

Prix Immo 5 min.

Meilleurs Agents publie la 92ème édition de son baromètre mensuel des prix de l’immobilier résidentiel à Paris, en Île-de-France et dans les dix plus grandes villes de France. Basé sur les promesses de vente signées entre le 1er et le 31 mai 2017 qui se transformeront en actes authentiques dans les 3 prochains mois, ce baromètre est un indicateur avancé de l’évolution des prix de l’immobilier.

92ème Baromètre Meilleurs Agents – Points clés :

  • La hausse des prix de ces derniers mois se confirme. Les prix parisiens ont d’ores et déjà retrouvé leurs niveaux records de juin 2011.
  • A Paris, les prix ont augmenté de +1,4% en mai. En particulier, les grands appartements familiaux (3 pièces et plus) voient leurs prix augmenter de +2% en un mois.
  • La hausse parisienne continue de se propager dans une moindre mesure en Petite Couronne alors que les départements de la Grande Couronne marquent une pause.
  • En province, Bordeaux poursuit sa tendance haussière extrême avec +1,3% en mai et presque +12% en un an. Les prix des autres grandes villes augmentent aussi mais dans des proportions plus raisonnables.
  • Les acheteurs bénéficient toujours de taux extrêmement bas qui ont même légèrement baissé en mai passant de 1,85% en moyenne sur 20 ans en avril à 1,80% en mai.
  • L’élection d’Emmanuel Macron s’accompagne de l’évolution positive de plusieurs indicateurs économiques (chômage, croissance, inflation) ce qui contribue à la confiance des acteurs.
  • Cependant, nous attendons les premières décisions du Gouvernement en matière d’immobilier et de fiscalité.

L’analyse de Sébastien de Lafond, Président et co-fondateur de MeilleursAgents.com

Selon nos estimations et les transactions réalisées en mai, les prix parisiens ont déjà retrouvé, voire dépassé, les niveaux records atteints en juin 2011. Le prix moyen du m2 parisien s’établit à 8 709€, avec de grands écarts entre le 19ème arrondissement à 7 070€ et le 6ème à 12 583€. Le rythme d’augmentation mensuel de +1,4% à Paris en mai rappelle la période de forte inflation entre 2010 et 2011. Cette hausse porte principalement (+2%) sur les grandes surfaces (3 pièces et plus) soumises à l’effet saisonnier des familles à la recherche d’un logement en vue de la rentrée scolaire de septembre prochain. La hausse moyenne des prix parisiens atteint +7,2% depuis 12 mois et +4,6% depuis le 1er janvier dernier.
Cette hausse se propage en s’affaiblissant en cercles concentriques vers la Petite Couronne dont les prix moyens ont augmenté de +0,5% en mai et de +3,7% depuis un an. Au mois de mai, les prix sont restés stables dans les départements de la Grande Couronne.
La hausse s’est aussi poursuivie dans les grandes villes de province au mois de mai. Marseille et Montpellier (+0,1%), Toulouse (+0,2%), Lyon (+0,3%), Nantes (+0,5%) et Nice (+0,6%) progressent légèrement alors que Lille (+0,8%), Strasbourg (+0,9%) et surtout Bordeaux (+1,3%) voient leurs prix augmenter plus fortement. Depuis plusieurs mois nous soulignons les risques de surchauffe du marché bordelais. Avec +11,8% sur les douze derniers mois, la situation devient difficile pour les ménages qui cherchent à se loger. Si nous ne constatons pas encore de phénomène de spéculation, nous conseillons aux acheteurs de rester prudents et aux vendeurs de profiter de ces hausses s’ils le peuvent encore.

Une situation économique plus favorable

Comme souvent à l’approche des élections présidentielles, le marché immobilier s’est contracté. Mais cette année, le ralentissement n’a duré que quelques semaines et non pas plusieurs mois, affectant essentiellement le mois d’avril, le volume des transactions étant reparti à la hausse dès le résultat connu début mai.
L’élection d’Emmanuel Macron a rassuré les marchés un temps inquiets de scénarios politiques extrêmes pouvant remettre en cause le fonctionnement de l’Euro ou de l’Union Européenne. Par ailleurs, les perspectives macro-économiques semblent s’améliorer avec un chômage élevé mais à la baisse et une croissance encore faible mais des signes d’accélération à venir.
Dans ce contexte, les taux d’intérêt qui avaient légèrement augmenté en avril ont rebaissé très légèrement en mai passant de 1,85% sur 20 ans en moyenne à 1,80%. L’impact de cette baisse est très faible sur le plan financier mais plus importante sur le plan de la psychologie des acheteurs qui se sentent encouragés dans leurs projets qui pourraient se réaliser dans un contexte économique plus favorable.
La dynamique actuelle du marché devrait donc se poursuivre permettant aux acheteurs solvables de trouver des biens de qualité à des prix certes élevés mais rendus accessibles par des conditions de financement excellentes. Les vendeurs, pour leur part, trouveront matière à plus-value grâce à des hausses de prix sensibles.
Il est important de noter que la politique du logement est intégrée au Ministère de la Cohésion des Territoires, aux responsabilités élargies, et dirigé par un Ministre proche du Président de la République. Comme évoqué le mois passé, nous attendons avec un peu d’anxiété les contours du futur Impôt sur la Fortune Immobilière, sensé taxer la “rente immobilière”. Quant à l’exonération annoncée de la taxe d’habitation pour 80% des foyers français, nous en comprenons l’intérêt en matière de libération du pouvoir d’achat, mais nous aurions plutôt plaidé pour une baisse sensible des droits de mutation dont la France est championne. Ces derniers, qui avoisinent 7% de la valeur d’un bien, sont un frein à la liquidité du marché et à la mobilité des Français.
Par ailleurs, se pose la question de l’évolution de l’encadrement des loyers à Paris et Lille et de son éventuelle extension à d’autres grandes villes de Province. Nous analyserons avec attention les premières décisions du Gouvernement dans le domaine du logement, de l’immobilier, de l’encadrement de l’activité et de la fiscalité.

L'équipe scientifique de Meilleurs Agents

31 commentaires Masquer les commentaires Voir les commentaires

  • julien bonnetouche dit :

    bonjour,
    les volumes remontent en mai.
    les prix des arrondissements « nobles » sur-performent les arrondissements périphériques, et la banlieue (en pourcentage).
    c’est un signe de reprise.
    A côté de ça notre nouveau président invite les entrepreneurs ( et les fortunes) étrangers à venir ou revenir chez nous. il sait qu’il faudra pour cela prendre des mesures incitatives.
    Nous ne sommes donc qu’ au début de la hausse des prix.
    Je pense notamment aux grands appartements du 16eme nord qui me semblent un peu sous côtés, et qui devraient bénéficier à l’avenir, d’une demande accrue de la part de familles fortunées.

  • julien bonnetouche dit :

    Fortiche tout de même notre nouveau président !!
    Ce matin, un lundi de pentecôte quand les gens pensent à autre chose, le « parisien » publie le détail de la future loi travail.
    Comme ça, s’il a la majorité absolue à l’assemblée ( ce que les sondages anticipent) personne ne pourra prétendre qu’il n’avait pas prévenu, et au contraire il pourra dire aux syndicats que les français l’approuvent.
    Il est quand même intéressant de se rappeler qu’il s’agit ou final de passer d’un état de chômage de masse à un quasi plein emploi avec des bas salaires à l’allemande. C’est une transformation radicale de la société française.(positive cela va de soi, mais qui bouscule des habitudes et des rentes bien ancrées)
    Tout cela est à mettre en parallèle avec le niveau d’optimisme élevé actuel des français, et n’est pas sans lien avec la hausse que l’on constate sur l’immobilier.

  • m'en fou dit :

    Moi j’aimerai bien qu’ils soient plus optimisme à St Denis hihihi…si cela fait augmenter les prix

  • julien bonnetouche dit :

    @ m’en fou,
    C’est comme une pierre dans un lac : l’onde se propage, à l’extérieur ça viendra, mais après…..
    En fait ce que je voulais dire, c’est que lorsque l’on est en phase de démarrage de hausse, celle ci commence toujours par les arrondissements centraux, et la périphérie monte ensuite quand les gens cherchent à se loger à moindres coûts.
    Enfin cela se passait comme ça avant.
    Pour revenir sur le 16eme, c’est un cas à part : quand politiquement ou fiscalement ça ne va pas, les riches partent et cet arrondissement est très touché. C’est pour cela aussi que si ils reviennent il va sur-performer. Bizarrement le 16eme est spéculatif !!
    A ce propos une remarque sur l’impact du futur ISF immobilier :
    Prenons le cas d’un « riche » qui a 30 millions et qui était parti. ( je prends ce cas car c’est à partir de ce seuil là environ, qu’on est « obligé » de s’exiler fiscalement). s’il restait en France il aurait payé 400000€/an d’ISF ce qui n’est pas supportable.( et il y a des dizaines de milliers d’exilés fiscaux qui représentent des dizaines de milliards)
    Si le nouvel impôt immobilier défini par Macron est appliqué, ce même riche peut, s’il se contente d’un 200m2 à Paris ne plus payer d’ISF, et si son appartement vaut 3 millions il payera environ 10000€/an( avec la décote RP) ce qui reste tolérable pour lui.

  • m'en fou dit :

    @julien
    viviviv je sais bien pour l’onde de la pierre dans le lac.
    Je sais bien que ca viendra et je ne suis pas préssé (je ne suis pas vendeur).
    Le 16 ème spéculatif… mmm oui je suis etièrement d’accord.
    En effet, comparé à d’autres « ville-monde » (Londres, NYC, HK), il y a proportionnellement peu de « vrai riches » à Paris.
    Certes, il ya bcp de « pseudos riches », les mecs du showbiz, qqs acteurs politiques et des peopleect, mais que on pourrait définir comme des « nouveaux riches » pour êtres moins insultants. Ces « nouveaux riches » sont un peu la classe gaucho/bobo qui pululent dans les quartiers « branchés du centre de Paris.
    Mais si les « vrais riches » reviennent (pour des raisons fiscales), rassurez vous, ils iront pas se mélanger avec les « pseudo riches » (les bobo bien penssants du showbiz) qu’ils meprisent alègrement. Ces « vrais riches » iront dans le 16 ème /7 eme, et un peu au 6eme 17eme sud ou Neuilly.
    Le 16 ème redeviendra un quartier riche ostentatoire (au vus de certains) et une prison dorée (pour d’lautres)

  • Marseille et Toulouse tirent bien leur épingle du jeu quand on voit la progression des prix des autres grandes villes de France (Bordeaux : + 11,8% / Lyon : + 6,9% / Paris : + 7,2 % / Nantes : + 6,4 %). A voir comment cela évolue mais les écarts sont tout de même déjà très élevés !

  • KERVRAN dit :

    Bonjour,
    Je pense que vous devez avoir des clients parisiens ou de grandes villes. Quelle est la tendance du marché dans les villes moyennes ou petites ? Ce serait bien que vous vous intéressiez à la totalité de vos clients et votre travail nous captiverait et nous servirait beaucoup plus. De plus, ça éviterait à nos clients de croire que les prix remontent, malheureusement, il y a certains endroits ou les prix sont encore à la baisse.

    • MeilleursAgents dit :

      Bonjour, il y a en effet une vraie fracture entre les métropoles que nous suivons dans le baromètre et les villes moyennes telles que Le Havre. En effet, les taux bas ont créé un effet d’opportunité pour les ménages les plus solvables vivant dans les zones les plus dynamiques mais n’ont rien changé à la situation des ménages vivant dans des régions souffrant d’un manque de dynamisme économique. AU Havre par exemple, nous avons constaté une baisse de prix de 17% sur 5 ans.

  • julien bonnetouche dit :

    Oui vous avez raison, tous les quartiers que vous citez sont concernés, même si historiquement le « vrai argent » se trouve rive droite.
    Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les grands cabinets d’avocat d’affaire (français et étrangers sont presque tous dans le 8eme.)
    Certes les fortunes ne reviendront pas toutes hélas, car un certain nombre sont parties depuis trop longtemps (1981Mitterand)
    Mais on peut penser que au fur et à mesure qu’ils acquerront la certitude qu’on les accueille amicalement, certains se laisseront tenter par un retour au pays, car ici c’est tout de même pas mal du tout !!!
    Il y en a beaucoup qui gardent d’ailleurs un pied en France : je connais une « conseillère » dans une grande et vieille banque privée qui me disait encore récemment qu’elle allait faire sa réunion annuelle de ses clients « belges de saint tropez » !!

  • m'en fou dit :

    Un peu d’humour macabre…
    Un riche est souvent vieux
    Donc les riches qui sont partis en 1981 (Mitterrand) ne reviendront pas quelques soit les efforts et résultats de Macron… car si ces riches (et donc vieux) l’étaient en 1981……avant de les convaincre de revenir, il faudra avant les ressusciter hihihihi

  • LEBOURG dit :

    c’est peut être le cas pour les grandes villes, mais dites nous ce que vous pensez de la tendance à la baisse des prix DANS UNE VILLE comme LE HAVRE ?
    nous avons un bien à vendre depuis 5 mois dans le centre d’ une ville de 17000 habitant à proximité immédiate de cette ville et nous en sommes à – 15 % par rapport au prix estimé par une agence et une étude et l’on nous demande de baisser encore largement au dessous du prix moyen constaté ?????

    • MeilleursAgents dit :

      Bonjour, il y a en effet une vraie fracture entre les métropoles que nous suivons dans le baromètre et les villes moyennes telles que Le Havre. En effet, les taux bas ont créé un effet d’opportunité pour les ménages les plus solvables vivant dans les zones les plus dynamiques mais n’ont rien changé à la situation des ménages vivant dans des régions souffrant d’un manque de dynamisme économique. Sur les 5 dernières années, nous avons constaté une baisse de prix de 17% au Havre

  • julien bonnetouche dit :

    Oui c’est vrai, leurs enfants ont grandi au loin, et puis ils ont hérité de la fortune sans trop payer de droits de succession – on peu faire confiance aux vieux- ….( et la Belgique c’est connu pour cela)
    Ceux là, ça va être difficile de les convaincre !!!
    Comme quoi, même à l’échelle d’une nation, le temps c’est de l’argent parfois perdu définitivement.

  • lecteur dit :

    Il y a des pays bien plus accueillants et plus en sécurité que la France et l’Angleterre pour faire des affaires et bien vivre.
    Les couples parisiens gagnants entre 3 et 4 milles n’arrivent plus à se loger correctement, les réfugiés et migrants sont bien mieux loger aux frais de la princesse.
    Un pays qui déraille et qui vend son âme et creuse sa tombe.
    Place à une vraie politique de la jeunesse

  • m'en fou dit :

    @Lecteur
    Qu’une famille avec 3 ou 4000 euros de revenus ne puisse pas se loger à Paris (dans le privé sans aides ni hlm ni rien) n’est pas nouveau. Je dirai même que à Paris les revenus d’une famille pour se loger dans le parc privé, doit plutot être vers le 6000 euros et minimum et de moyenne… En dessous infaisable.
    Alors, peut être il ya t’il des rfugiers bien logés par des assos de gaucho, peut etrre… Peut être il ya t’il aussi des fonctionnaire grevistes logés dans des immbuebles entier réservés aux fonctionnaires.. peut être… Mais ca aussi c’est pas nouveau, ca a toujours été.
    Donc en résumer; on en reviendrait toujours au même : la fausse de la classe moyenne trop riche pour être aidée, et pas assez pour bien vivre… Heu ben ca aussi c’est pas nouveau et ca ne s’arretera pas (et je dis ca bien que j’en fait partie).. Il faut faire avec.

  • lecteur dit :

    Ils n’ont donc pas le choix et contraint à se résigner a accepter ces anomalies , c’est ça ?

  • julien bonnetouche dit :

    @Lecteur,
    très amicalement,
    je crois que vous posez le problème à l’envers : au lieu de dire  » je ne gagne pas assez pour me loger convenablement à Paris, c’est de la faute à x ou y ou à l’État, à la société, bref aux autres » vous devez vous dire  » que dois je faire pour mettre en adéquation mes revenus avec ce que je veux faire de ma vie ».
    Cela implique sans doute des efforts importants de questionnement personnel, de formation, voire carrément de reconversion. avec pour objectif de ne pas uniquement faire ce qui fait plaisir, mais d’abord ce qui correspond à vos objectifs de revenus.
    Vous êtes assez jeune je pense, et si vous cultivez encore un certain idéal universaliste, vous devez, pour vous en sortir, abandonner d’urgence, toute idée selon laquelle c’est en changeant la société que vous résoudrez vos problèmes. C’est uniquement en vous changeant, VOUS, que vous y parviendrez.
    Juste pour exemple : on ne peut pas être notaire et communiste ça bloque !!!

  • lecteur dit :

    Oui c’est ça il faut culpabiliser encore plus les victimes de ses anomalies, Bravo !!

  • julien bonnetouche dit :

    Alors là , franchement je ne cherche pas du tout à vous culpabiliser !
    Tout juste peut être à vous faire toucher du doigt des vérités que vous n’appréhendez pas encore.
    Aucune malveillance à tout cela !

  • lecteur dit :

    La vérité du clientèlisme

  • m'en fou dit :

    @Lecteur et pour être moins ‘rentre dans le lard » que Julien
    Je drai que la hausse des prix dans Paris ont des conséquences (élitisme, classe moyenne repoussé, ect). On peut en avoir un jugement positif, ou négatif (comme Lecteur). On peut aussi avoir un regard un peu fataliste (un peu comme moi), ou plutot « winner » (quand on veut on peu, comme le suggère Julien.
    Mais ne pas oublier que dans la vie, on ne peut pas tout avoir
    – Ceux qui ont une vie stable, sur et routinière protégée (fonctionnaires ou CDI dans das grands groupes) ne seront jamais dans l’élites ou les winner (même si les CDI cadre ++ des grands groupes le pensent… ils sont sur le schémat prochent des fonctionnaires)
    – Ceux qui prennent des risqes en faisant « all-in » ou « tapis » pour réussir et atteindre cette élite, peuvent réussir et atteindre les sommets….. mais peuvent aussi tout perdre.
    – Certains peuvent vendre leur ame au diable et faire de la politique ou du copinage ou tout autre cercle « d’entre soi »…..si ils montent dans les sphères d’élite, ils passeront à coté de la vie.
    – Il y aussi les injustices (handicap, accident qui peuvent vous briserles ailes) de la vie ou le hasard (exemple de l’Euromilion)
    La vie est donc un mélange de « quand on veut on peut » et de « c’est écrit, c’est ainsi »…. Le prix de l’immobilier à Paris, c’est Pareil.
    Il y a plein de gens moins méritant que moi qui ont réussi et qui ont un grand appartement à Paris…. mais il y aussi plein de gens plus méritant que moi (mais qui ont accumulé plus de malchance)qui sont au fond du 93 ou marginalisé au fond d’une province en vivant de cueillette au sens propre.
    Si on part sur un schemat ultra basic de « strates hiérarchique » avec Paris en haut…qqn qui ne peut pas s’offrir Paris, mais en est à la limite…. ben en gros cela veut dire que il a 2 millions de personnes devant lui..et 55 millions derière… En gros il entre dans les 5% du top..c’est pas mal déjà.
    Perso je n’y suis pas.

  • julien bonnetouche dit :

    @ m’en fou,
    D’accord, il ne suffit pas d’être entreprenant pour réussir, mais c’est une nécessité quand même.
    Pour réussir il faut aussi avoir une bonne idée. Une seule bonne idée dans une vie peut suffire et c’est déjà pas mal d’en avoir une.
    En général la bonne idée ne tombe pas du ciel. elle apparaît quand on est dans le bain, et qu’un créneau inexploité et en devenir se fait jour.
    Il faut aussi être dans le « timing » si on a raison trop tôt ou trop tard c’est foutu.
    les autres candidats se sont démenés, c’est vrai, mais on sait maintenant qu’ils se sont ringardisés avec leurs combats du passéistes. (et c’est vrai pour tous de l’extrême gauche à l’extrême droite)
    En résumé, il faut sentir le vent.
    En dehors de ça, oui il est indispensable d’être optimiste. Et Paris n’est pas forcément le Graal !

  • m'en fou dit :

    Plus persone ne parle?
    A quand la prochaine hausse immobiliere?

  • m'en fou dit :

    Si les temperatures sont indexées sur le prix de l’immobilier, je ne souhaite que une seule chose, la baisse des prix immédiat… dans ma ville du moins, les autres m’en fou

  • julien bonnetouche dit :

    La poursuite de la hausse, aussi bien des marchés boursiers que de l’immobilier, dépendra des mesures ( surtout fiscales) effectivement prises par le nouveau gouvernement.
    On vois bien que les bourses européennes sont attentistes, bien que beaucoup d’espoirs pèsent sur les épaules de Macron.
    Mais comme nous avons déjà été échaudée par Sarkozy en 2007 dont on attendait beaucoup, on temporise….
    Concernant l’immobilier, la hausse va continuer pour les mois qui viennent à se poursuivre gentiment.
    Mais si Macron réussit à faire passer l’ensemble des mesures qu’il prône, et surtout celles concernant l’ISF, alors nous aurons un sursaut certain en 2018 avec peut être une croissance à deux chiffes.
    Si ce ne sont que des demi-mesures, alors …..
    Mais je suis plutôt confiant, car mis à part qu’il est vraiment « trop fort » et qu’il a la baraka, on a vraiment l’impression qu’il se sent plus intellectuellement investi par la mission que ses prédécesseurs, qui eux s’intéressaient plutôt à leur vie personnelle qu’au destin du pays.

  • Vincent dit :

    Nouvelle publication bitaire : Prix en hausse dans tout l’IDF. Paris annonce à 8900€ en aour.

  • Vincent dit :

    Nouvelle publication notaire : Prix en hausse dans tout l’IDF. Paris annonce à 8900€ en août.

  • Tanquerel dit :

    C’est presque troublant cet emballement !
    Mais qu’on arrête de nous dire que les français ne vont pas bien.
    A priori il n’y a ajamis eu autnat de néo-propriétaires.
    Donc même quand « c’était mieux avant », il y en avait moins.
    Donc, cool, les français sont riches, ils empruntent pour rien.
    Dommage que tout cet argent ne profite qu’à une toute petite partie de l’économie qui ne créé que peu de valeurs et d’emplois. (en relatif. je ne dis pas que cela ne créé aucun emploi)
    Bonne journée et vivement début Juillet

Vous souhaitez laisser un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *