Fermer

Nouveau coup d’arrêt pour le marché immobilier

Prix Immo 5 min.

Suite au deuxième confinement national, le marché immobilier annonce un coup d’arrêt. Quelles sont les villes les plus touchées ? Quel est l’impact économique ? Voici l’état des lieux de l’équipe scientifique de Meilleurs agents.

1. Jusque-là, les prix étaient stables…

En octobre, la stabilisation des prix se confirme et les dix plus grandes villes de l’Hexagone poursuivent leur phase d’atterrissage (0%). Cependant, toutes ne suivent pas le même rythme. Certaines d’entre elles enregistrent même un léger soubresaut après le traditionnel tassement saisonnier de la rentrée, à l’image de Lille (+0,4%), Nantes (+0,4%) ou encore Strasbourg (+0,6%). Quant aux autres, dont Paris (-0,6%), Toulouse et Bordeaux (-0,7%), elles connaissent à l’inverse une pression baissière plus ou moins marquée dans laquelle la question de l’emploi et du pouvoir d’achat immobilier joue un rôle de catalyseur en cette période d’incertitudes économiques liées à la pandémie de coronavirus.

C’est dans ce contexte de fragilité qu’est annoncé le nouveau confinement de la population française. Premier effet immédiat pour le marché immobilier : sa mise à l’arrêt. Cependant, pour l’ensemble des acteurs de la transaction immobilière (agences, notaires, banques, etc.), la situation n’est plus inédite. Tout le secteur est désormais bien mieux préparé et digitalisé pour poursuivre une certaine activité. Ainsi, le mois de novembre devrait voir uniquement la conclusion de projets déjà bien engagés. 

2. Quel est l’impact de ce nouveau confinement ?

Le premier confinement a donné un coup d’arrêt à la fièvre immobilière des 5 dernières années, équilibrant le rapport de force entre acheteurs et vendeurs. La plupart des grandes agglomérations françaises dont la tension immobilière dépassait les 20% au début de l’année atteignent à l’heure actuelle un ratio proche d’un acheteur pour un vendeur. Il y a encore quelques semaines, ce rééquilibrage nous laissait penser que les prix de l’immobilier étaient en voie de stabilisation. Ce scénario semble aujourd’hui s’éloigner, car ce nouveau confinement ne peut qu’amplifier la fragilisation de la demande.

En effet, même si l’objectif affiché par le gouvernement est de préserver notre économie avec un confinement moins strict qu’au printemps, la situation économique du pays ne peut que s’aggraver. Le bout du tunnel s’éloigne encore plus pour des entreprises à la santé fragile et leurs salariés. Ainsi, une nouvelle hausse du chômage semble inévitable, en dépit des mesures prises. 

Les banques, quant à elles, continuaient jusqu’ici leur rôle de financeur en proposant des taux d’intérêt très bas. Une incertitude demeure désormais sur leur politique d’octroi de crédit, compte-tenu du contexte et de l’impact de ce nouveau confinement sur la solvabilité des ménages. Le resserrement des conditions d’octroi de crédits vers les meilleurs profils risque donc d’être exacerbé, impactant directement la demande.

Au-delà de la possibilité des ménages à rentrer sur le marché, c’est désormais la volonté qui risque de leur manquer. En effet, la défiance des ménages alimentée par ce rebond de l’épidémie ne fait que repousser des projets qui les engagent sur le long terme. Et pour les plus confiants, la lassitude pourrait les amener à attendre des jours meilleurs pour envisager un projet immobilier. 

Compte tenu de ces éléments et à l’inverse de l’effervescence immobilière des mois de mai et juin, la sortie de ce nouveau confinement ne devrait pas connaître de rebond spectaculaire tant sur les volumes que sur les prix. D’autant plus que la saisonnalité risque de faire défaut : contrairement au printemps, la fin de l’année n’est pas une période où les ménages se pressent de finaliser un projet immobilier.

3. Et à plus long terme ?

L’équipe scientifique de Meilleurs Agents annonçait en septembre l’entrée dans une nouvelle ère avec une stabilisation des prix de l’ordre de -1% au national. Cette prévision se basait sur une hypothèse d’absence de nouveau confinement ou d’application de restrictions fortes. La situation actuelle amène à réévaluer ces prévisions. À date, les nombreuses incertitudes qui demeurent (durée de la crise, maintien du niveau de l’activité, 3ème vague) ne permettent pas de chiffrer précisément l’impact pour le marché immobilier. Pour autant, l’équipe scientifique de Meilleurs Agents estime que loin d’une stabilisation, c’est bien une phase de repli qui attend le marché.

L'équipe scientifique de Meilleurs Agents

9 commentaires Masquer les commentaires Voir les commentaires

  • Claudia dit :

    Bonjour,

    Merci pour cette analyse très intéressante.
    Je me pose une question concernant le tableau présent dans la partie 3. « Et a plus long terme ».
    Quelle est l’unité utilisé pour ce tableau ?
    Vous parlez d’un marché en rempli, cependant les chiffres ont malgré tout l’air d’augmenter. Est-ce un taux de repli, ou autre chose ?

    Merci d’avance pour vos précisions.

  • Bonnefond dit :

    Votre étude sur le marché immobilier est vraiment bien travaillé et intéressante vous faites preuve d’un grand esprit professionnel pour apporter le détail et l’évolution pour chaque région de l’île de France. Je viens d’acheter sur Paris 15e et cela est guère réjouissant quant à l’avenir, j’espère une embellie du prix de l’immobilier.

  • Gilles dit :

    Bonjour,
    Merci pour votre analyse très intéressante.
    Tableau : absence de légende ne permet pas de comprendre les données.
    Par avance merci pour votre action.
    Bien à vous.
    GIlles

  • capbreton dit :

    Bonjour
    en fait, la situation impose un confinement pour protéger nos ainés et l’hôpital. C’est compliqué. Est ce vraiment nécessaire d’entretenir une polémique et de nourrir des inquiétudes?

    • Saugier dit :

      Bonjour Monsieur,

      Je ne partage pas votre opinion pour les raisons suivantes :

      1) Quand à la nécessité d’un confinement, il semble que plusieurs pays asiatiques
      (Taiwan, Singapour, Corée du sud, Chine, etc.) n’ont pas eu besoin d’étouffer
      l’économie aussi longtemps et aussi massivement qu’en France. D’autres solutions
      bien plus efficaces (en durée et en coût) étaient donc possibles.

      2) En ce qui concerne la nécessité d’entretenir une polémique et de nourrir une
      inquiétude, il me semble que la nécessité de vérité, ainsi que l’analyse et la réflexion
      sont primordiales. Ce n’est pas en occultant l’une des crises les plus importantes,
      au niveau mondial, de ces dernières années que vous allez relancer l’économie et
      encore moins restaurer la confiance. D’autre part, réfléchir et analyser la situation
      devrait permettre de limiter autant que faire se peut les dégâts et – si possible –
      tirer un avantage de cette crise. Comme dit la sagesse populaire : « les gens normaux
      apprennent de leurs expériences, les gens intelligents apprennent aussi des
      expériences des autres et seuls les imbéciles n’apprennent rien et sont condamnés
      à échouer encore et encore ».

      Cordialement,

  • Patrick dit :

    Bonjour. Votre analyse est plutôt intéressante, même si elle ne fait que confirmer les intuitions que chacun peut avoir (crise économique + incertitudes = baisse de confiance des ménages, contraction de la demande, prudence des banques…). De plus, comme signalé par une autre personne, le tableau manque d’explications : on comprend que les 4 premières colonnes sont des variations (en %) sur différentes périodes, mais à quoi correspond l’indice dans la dernière colonne ? Pourriez-vous SVP le préciser ? Merci.

  • Fournier dit :

    Bonjour ! Article superficiel avec tableau incomplet donc inutilisable. Essayer de le compléter.
    Bonne journée

  • Nathalie dit :

    Bonjour, mêmes commentaires que M Mme Fournier.
    Quel est l’indice de la colonne de droite? à quelle date? Les colonnes concernent elles le passé? Cela veut il dire que l’indice mystère de Paris a augmenté depuis 10 ans de 32,4 pour s’établir maintenant à 162?
    Vu le texte, on s’attendait plutôt à un tableau de prévisions qu’à un retour vers le passé. Présentation peu scientifique de votre « équipe scientifique »
    Merci par avance de votre réponse

  • Denis GRUEL dit :

    merci de votre analyse et de vos tableaux MAIS je remarque que celles ci font état du marché des villes ( plutot grandes) et ne donne pas d’infos sur la rendance dans lemarché rural en province ??

Vous souhaitez laisser un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *